16.10.2020 à 14:42

Coronavirus à GenèveLe dispositif de traçage, qui sature, a été renforcé

Les contacts étroits des personnes testées positives ne sont plus appelés mais reçoivent un SMS.

Aglaé Tardin, la médecin cantonale.

Aglaé Tardin, la médecin cantonale.

keystone-sda.ch

Le dispositif d’enquêtes d’entourage genevois se trouve à la limite de ses capacités, ont expliqué ce vendredi les autorités sanitaires. Pour faire face à l’augmentation «rapide et brutale du nombre de nouvelles personnes positives» (189 cas lundi, 252 jeudi) au covid-19, les équipes du service du médecin cantonal ont été renforcées depuis mercredi 14 octobre. «De très importants effectifs sont déployés.» Ils augmenteront de 50% d’ici lundi pour passer à près de 200 personnes, a indiqué la médecin cantonale, Aglaé Tardin. L’objectif est de maintenir les capacités d’isolement et de quarantaine, seul moyen pour freiner le virus et baisser le nombre de nouvelles contaminations avant que les mesures prises mercredi déploient leurs effets.

Généralisation du SMS

Les autorités ont rappelé les règles en vigueur: une personne qui fait un test de dépistage doit rester chez elle jusqu’à la réception du résultat, qu’elle reçoit par SMS le lendemain. Si elle est positive, elle doit se placer en isolement immédiatement. Vu la surcharge des services, l’enquête d’entourage peut prendre un ou deux jours de retard. Dès lors, l’Etat indique que toutes les personnes vivant en ménage commun avec la personne testée positive doivent d’emblée se mettre en quarantaine, avant même d’en avoir reçu la notification. Les autres contacts étroits des personnes testées positives recevront la décision de quarantaine par SMS. C’est une nouveauté: il n’y a plus d’appel téléphonique systématique. Lorsqu’une personne n’est pas contactée, elle n’a pas besoin de se mettre en quarantaine. Néanmoins, si quelqu’un a des doutes et n’a pas été contacté, il lui est recommandé de faire de l’autosurveillance, en étant attentif à l’apparition de symptômes et en limitant ses interactions sociales.

«Nous n’y arriverons pas sans vous»

«Le but n’est pas d’être alarmistes mais nous sommes alarmés, car la situation est alarmante», a déclaré le conseiller d’Etat Mauro Poggia, en charge de la Santé. Le ministre en a appelé à la responsabilité de chacun, notamment à la veille de vacances: «Nous n’y arriverons pas sans vous, a-t-il insisté. Chacune et chacun doit éviter les réunions qui ne sont pas nécessaires.»

«Intrusive» ou «nécessaire», l’app SocialPass divise

Keystone

La protection des données des utilisateurs de SocialPass est discutée. Un audit sera bientôt réalisé à la demande des autorités cantonales vaudoises. A lire ici.

Ligne verte et guides en ligne

Par ailleurs, le canton va réactiver une ligne verte d’information, dès ce lundi: 0800.909.400. Cette ligne sera ouverte du lundi au vendredi de 9h à 17h.

Un guide en ligne a été conçu pour les organisateurs de manifestations privées ne pouvant être ni annulées, ni reportées.

Les autorités ont aussi rappelé que tout retour d’un voyage dans une zone à risque impliquait une mise en quarantaine et une autodéclaration dans les 48 heures. Le service du médecin cantonal a conçu un outil permettant d’évaluer soi-même sa situation pour toute demande d’exemption ou de dérogation. (jef/leo)

Discothèque sanctionnée

Mauro Poggia a rappelé que des contrôles sont menés dans les établissements comme les discothèques qui ont pu rester ouvertes en se transformant en bars. Mais certaines d’entre elles n’ont pas respecté les règles, a-t-il relevé. «Nous avons fermé aujourd’hui l’un de ces bars.» Les clients consommaient debout, dansaient et leurs données avaient été prises sur des bouts de papier, a détaillé le conseiller d’Etat.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
375 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

trop peu de morts

17.10.2020 à 14:43

Cette année la Suisse souffre de sous-mortalité. Elle ne fait que de s'aggraver. Les deux semaines passées, on a eu moins de décès que les 5 dernières années. La semaine passée, la sous-mortalité concernait surtout les personnes de plus de 80 ans : 639 décès en 2020, en 2015 c'étaient 795. Donc si plus de personnes décèdent les semaines à venir, ce serait plutôt normal, selon les statistiques, il devrait avoir des morts. Mais bien sûr, il faut éviter de mourir de la Covid 19, n'importe quel autre virus ou cause de décès est autorisé. Alors continuons de porter ces masques, dont l'inefficacité à été étudié. Dans les cantons qui l'ont adopté, le masque a d'ailleurs permis pendant tout l'été d'éviter une augmentation des cas. Mais le virus est trop intelligent, actuellement il ne respecte plus la barrière des masques dans ces mêmes cantons.

Tout est possible

17.10.2020 à 12:17

Ueli Maurer appelle à ne pas céder à l’hystérie, de la part d'un UDC c'est plutôt amusant. A vrai dire je comprends pas très bien l'Europe, en Chine le but est d'éliminer le virus de la population en tout cas sa circulation pas d'en freiner la progression. Vous avez crut qu'on allait tous marcher vers des distanciations en chantant Kumbaya sans qu'ils se répandent, vous bavassez et tergiversez dans vos interminables discussions politicardes, vous vous transmettez le bébé pour ne pas porter la responsabilité d'un chaos économique et sanitaire.

roulemet Logique

17.10.2020 à 12:07

C'est bien jolie de tester et trouver une personne infectée. Mais comment savoir si cette personne est toujours infectée après ses x jours de quarantaine ? Facile, il faut tout simplement le tester à nouveau. Bon nombre de cas se propagent aussi parce que des ex infectés pensent qu'ils ne le sont plus, alors qu'ils le sont toujours (infecté).