Subversion: Le dissident chinois Liu Xiaobo formellement arrêté
Actualisé

SubversionLe dissident chinois Liu Xiaobo formellement arrêté

Le dissident Liu Xiaobo, figure de proue du mouvement démocratique de Tiananmen de 1989 et détenu depuis plus de six mois après avoir signé un appel à des réformes démocratiques en Chine, a été formellement arrêté.

Il est accusé de «subversion», a annoncé mercredi l'agence Chine Nouvelle.

Liu, 53 ans, un des 300 signataires à la fin de l'an dernier de la Charte 2008 appelant à des réformes démocratiques, avait été interpellé le 8 décembre en même temps que plusieurs autres militants qui s'apprêtaient à célébrer le 60e anniversaire de la déclaration des droits de l'Homme.

Les autorités n'avaient pas divulgué les raisons de sa détention, qui s'est déroulée jusqu'à présent dans un lieu inconnu de ses proches. Mardi, il a finalement été «arrêté pour des activités présumées visant à la subversion et au renversement du système socialiste», a dit Chine Nouvelle en citant le bureau de la Sécurité publique de Pékin.

Son avocat, Mo Shaoping, n'a toutefois pas été informé de ce rebondissement: «Je ne sais rien, je n'ai reçu aucune information», a-t-il dit mercredi à l'AFP.

Pas encore un chef d'inculpation officiel

Les raisons invoquées par Chine Nouvelle toutefois ne constitueraient pas encore un chef d'inculpation officiel, selon lui. «On ne peut pas dire que c'est le motif d'inculpation. C'est toujours un crime présumé. Il n'a pas encore été officiellement notifié par le procureur du chef d'inculpation, l'enquête est toujours en cours», a estimé Me Mo.

L'avocat a affirmé ne pas savoir où le dissident était détenu. «Sa femme non plus» ne le sait pas, a-t-il indiqué. Cette dernière a pu le voir deux fois depuis début décembre, après avoir été conduite par la police dans un lieu où son époux avait été amené.

»Légalement, une personne vivant sous surveillance peut voir ses avocats et sa famille sans la permission de la police. La police a donc agi illégalement», a souligné l'avocat.

Des organisations de défense des droits de l'Homme comme Amnesty International avaient déjà dénoncé le statut de Liu Xiaobo, comme étant illégal, notamment parce que la durée de détention surveillée sans inculpation formelle n'aurait pas dû excéder 6 mois.

Appels d'intellectuels

Dès son interpellation en décembre, des intellectuels de toutes nationalités avaient appelé à sa libération, tandis que l'Union européenne demandait des éclaircissements sur les raisons de sa détention.

Liu, écrivain et ancien professeur d'Université, exclu pour dissidence, avait participé en 1989 au mouvement démocratique lancé par les étudiants, qu'il avait rejoints place Tiananmen.

Cela lui valut, après la répression du mouvement, dans la nuit du 3 au 4 juin, de passer plus d'un an et demi en prison sans jamais avoir été condamné.

(ats)

Ton opinion