Le dopage de Floyd Landis confirmé?
Actualisé

Le dopage de Floyd Landis confirmé?

Les analyses complémentaires réalisées sur les sept échantillons de Floyd Landis 2006 et d'abord classés négatifs laisseraient apparaître des traces de testostérone synthétique.

Le coureur américain, vainqueur de la Grande Boucle l'été dernier mais contrôlé positif officiellement une première fois à cette même testostérone exogène, doit comparaître le 14 mai prochain devant un panel de l'Agence américaine antidopage (USADA) et risque une suspension de deux ans.

«Ces nouveaux échantillons positifs, avérés par le biais de la technique de l'IRMS, qui distingue l'origine de la testostérone détectée - naturelle ou synthétique - vont conforter l'accusation, en l'occurrence l'USADA (et l'UCI)», affirme L'Equipe sur son site Internet.

Le président de l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD), Pierre Bordry, n'a pas répondu immédiatement à un message laissé sur son répondeur par l'Associated Press.

L'analyse des échantillons B d'urine prélevés sur Landis pendant le Tour de France l'an passé avait débuté lundi dernier au laboratoire national de dépistage du dopage de Châtenay-Malabry, à la demande de l'USADA.

Landis avait déclaré que ces analyses n'étaient pas nécessaires, affirmant qu'à l'exception de l'échantillon prélevé à l'issue de la 17e étape, les autres échantillons A étaient négatifs.

Les analyses ont été effectuées en présence d'experts de l'USADA et de Landis.

L'échantillon positif prélevé sur Landis après la 17e étape du Tour 2006 présentait des taux anormaux de testostérone et d'épitestostérone. Le cycliste américain a accusé le laboratoire d'avoir commis des irrégularités dans les analyses qui ont pu déboucher sur sa positivité.

Habituellement, les échantillons «B» des contrôles négatifs ne sont pas analysés mais l'USADA a souhaité contrôler ceux du Tour afin de réunir des preuves supplémentaires. Les résultats des nouvelles analyses ne pourront pas être considérés comme un test analytique positif en vertu d'une décision d'un panel d'arbitrage qui a approuvé l'analyse des échantillons «B».

Si Landis est convaincu de dopage, il deviendra le premier coureur dans l'histoire du Tour à être privé de son titre. Il a d'ores et déjà accepté de ne pas disputer la course cette année pendant la durée de l'affaire. (ap)

Ton opinion