Actualisé 14.07.2007 à 05:46

Le Dour Festival a pris son envol

Sous un ciel menaçant, parfois crachin, le Dour Festival a pris son envol, hier, en fin d'après-midi.

Les Skatalites ont véritablement ouvert les feux hier soir, du plus grand rendez-vous wallon.. Dans un ska classique, parfaitement maîtrisé. Les Jamaïcains ont chauffé le public de la plaine de la machine à feu. Sans fioriture ni facétie, ils ont livré un show complet, parfaitement léché mais aussi sans surprise.

Dans la région du Borinage, Vive la fête a poursuivi la mise en orbite d'un public venu nombreux (guichets fermés : 36'000 personnes) . Dans un genre électro, le combo local a volontiers surfé sur les voies toutes tracées par ses ancêtres de la fin des eighties que sont Partenaire Particulier, Indochine ou même – osons la comparaison ! – Dorothée. Ils ont délecté une assistance complice d'un son électro teinté de new-wave naïf.

Clou de la soirée attendu par une grande partie de la fourmilière du Dour Festival, le Wu-Tang Clan a distillé ses consonances hip-hop. Les New-Yorkais ont joué les divas. Selon le journal du festival Nobullshit!, les représentants de Staten Island ont débarqué avec armes et bagages… et surtout tribu. Au point de faire déplacer le site de la scène principale afin d'aménager une loge VIP spéciale pour la clan… Et son armée d'accompagnants… Dénombrés par 498 accréditations, groupies, dealers, avocats … Et parasites compris…

Si le show des Américains a tenu ses promesses, malgré les absences remarquées de Method Man et Cappadona, les icônes de la Côte Est ont abusé de leur statut. Arrivé sur scène avec 20 minutes de retard, le Wu-Tang Clan a donné correctement le change à un public acquis à sa cause, sans plus.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!