Actualisé 03.07.2012 à 21:09

WimbledonLe doute fait place à l'espoir

Roger Federer (no 3) est toujours en vie à Wimbledon. Il affrontera à 14 heures le Russe Mikhail Youzhny en quart de finale sur le court central.

Le Bâlois assure qu'il sera à 100%.

Le Bâlois assure qu'il sera à 100%.

Diminué par des douleurs au dos dans son 8e de finale remporté lundi face à Xavier Malisse (ATP 75), le Bâlois était persuadé qu'il serait à 100 % de ses possibilités au moment d'affronter Mikhail Youzhny (no 26) en quart de finale, mercredi à 14h sur le Centre Court.

Présent pour la première fois à ce stade de la compétition à Church Road, Mikhail Youzhny - qui a désormais atteint les quarts de finale dans les quatre tournois majeurs - constitue peut-être l'adversaire idéal pour Roger Federer dans ces circonstances. Le Moscovite de 30 ans n'a remporté que trois sets au total face au Bâlois, qui a enlevé leurs treize affrontements.

Un talent fou, mais...

Mikhail Youzhny possède qui plus est les mêmes caractéristiques que Xavier Malisse: un talent fou mais sous-exploité en raison d'un mental friable. Joueur doté d'un des plus beaux revers à une main du circuit, il avait ainsi créé le «buzz» pour s'être fait saigner l'arcade sourcilière en se frappant avec sa raquette après un point perdu en 2008 à Miami...

Demi-finaliste à l'US Open en 2010 après un succès sur Stanislas Wawrinka, le Russe affiche cependant une constance dans l'effort nettement supérieure à celle de Xavier Malisse. Le héros de la finale de la Coupe Davis 2002 a déjà conquis huit titres sur l'ATP Tour (3 pour le Belge). Il a surtout déjà fait partie du top 10, atteignant le 8e rang mondial en janvier 2008 puis en octobre 2010, alors que Xavier Malisse n'a plus figuré parmi les 30 meilleurs joueurs de la planète depuis février 2007.

Le souvenir de 2012

S'il n'a jamais pris le dessus sur Roger Federer, Mikhail Youzhny a qui plus est tout de même déjà malmené le Bâlois sur herbe. Il reste certes sur un échec cuisant en demi-finale à Halle il y a quelques jours (6-1 6-4), mais a enlevé deux manches en cinq rencontres sur cette surface face au sextuple vainqueur de Wimbledon: l'une à Halle en 2003 et l'autre l'an dernier à Church Road en 8e de finale. Roger Federer s'était alors imposé 6-7 6-3 6-3 6-3.

Le no 3 mondial avait su laisser passer l'orage face à un adversaire quasiment injouable pendant le premier set, mais chez qui l'euphorie avait rapidement fait place au dépit. Il avait renversé la vapeur notamment grâce à la qualité de sa première balle de service, domaine dans lequel il n'a pas particulièrement brillé depuis le début de la quinzaine. Et ce même avant son 8e de finale, dans lequel il a dû se contenter de premières balles de service armées à 175 km/h de moyenne.

Comme en 2003

Roger Federer a déjà su composer avec de telles douleurs au dos à Wimbledon, il y a neuf ans, là aussi au cours d'un 8e de finale remporté face à Feliciano Lopez. La pluie lui était alors venue en aide, puisque son quart de finale s'était déroulé trois jours plus tard. Il avait qui plus est affronté un joueur, Sjeng Schalken en l'occurence, également diminué par une blessure. Les dieux seront-ils à nouveau du côté du Bâlois, qui avait triomphé pour la première fois dans «son» jardin en 2003 ? (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!