JO 2012: Le drapeau breton banni d'un stade olympique
Actualisé

JO 2012Le drapeau breton banni d'un stade olympique

Le père d'une footballeuse française a été prié de ranger son étendard de la péninsule au nord-ouest de la France. Il a même failli être expulsé du site.

par
Oliver Dufour
Londres

Thierry Le Sommer n'aurait jamais imaginé qu'encourager sa fille Eugénie, joueuse de l'équipe de France féminine de football, lui causerait des ennuis. Mercredi, pourtant, le Breton a failli devoir se résoudre à manquer une partie du match face aux Etats-Unis.

Le père de l'attaquante, coéquipière de la Lucernoise Lara Dickenmann à l'Olympique Lyonnais, agitait pacifiquement son drapeau noir et blanc de la Bretagne, dont sa famille est originaire. Repéré par le service de sécurité présent à Hampden Park, le stade de Glasgow qui accueille plusieurs parties du tournoi olympique, Thierry Le Sommer a été contraint de le ranger.

La raison invoquée? Le règlement du CIO n'autorise que les étendards des nations participantes à être utilisés. Dans la foulée, il même a manqué de se faire escorter hors du stade par le service de sécurité. «Ils m'ont obligé, très fermement, à relâcher le drapeau et à le ranger, a raconté l'homme au journal «Ouest-France». Ils ont prévenu la police et ont tenté de me sortir manu militari du stade... Finalement, à force de palabres j'ai pu assister à la fin du match. Nous étions surveillés en permanence.»

Le spectateur malheureux n'a pas compris cet acharnement. «Qu'on m'explique alors pourquoi les drapeaux écossais flottaient partout dans les tribunes!», s'est-il emporté.

Ton opinion