Valais: Le drapeau douteux d'Oskar Freysinger

Actualisé

ValaisLe drapeau douteux d'Oskar Freysinger

Dimanche, les téléspectateurs alémaniques ont été surpris de voir le drapeau de l'empire fédéral allemand chez Oskar Freysinger. Une proximité avec l'imagerie nazie qui étonne un expert.

par
kub/ofu

Dimanche, l'émission «Reporter» de la chaîne alémanique SRF a été dédiée au conseiller national et nouveau conseiller d'Etat valaisan Oskar Freysinger (UDC). Au cours du reportage, la caméra a montré un grand drapeau allemand suspendu au plafond du bureau. Interrogé par le journaliste, Oskar Freysinger explique: «Je l'ai vu dans une exposition de sous-marins. J'ai aperçu l'étendard et comme il m'a plu, je l'ai acheté.» Le journaliste a ensuite enchaîné avec une autre question pour changer de sujet.

Mais les réactions n'ont pas tardé à affluer sur les réseaux sociaux. Voici un des tweets qui a été le plus répandu: «Les néonazis le hissent dans leurs démonstrations alors que Freysinger l'accroche dans son bureau.» Une autre personne écrit: «Si Oskar Freysinger était un peu plus bas dans la hiérarchie de l'UDC, il aurait déjà été viré.»

Curieuse, l'émission «10vor10» a approfondi le sujet lundi soir. Selon Hans Stutz, un expert de l'extrême droite, le drapeau a été créé en 1871 pour la fondation de l'empire fédéral allemand: «Plus tard, il a été quelque peu modifié par les nazis qui l'ont utilisé pour leur cause. Adolf Hitler a notamment remplacé l'aigle par la croix gammée.» Hans Stutz explique également que ce drapeau est toujours utilisé par les néonazis, car ceux avec les croix gammées sont interdits. «On ne peut pas suspendre ce genre d'étendard sans savoir ce qu'il représente pour l'Allemagne nazie», a-t-il critiqué.

Samuel Althof, également expert en la matière, n'est pas du même avis: «Les extrémistes n'utilisent presque plus ce drapeau, mais j'ai quand même été étonné de voir qu'Oskar en avait un accroché chez lui. La seule explication plausible pour moi c'est qu'il lui plaît vraiment. Je pense qu'il l'a accroché sans vraiment savoir quelle symbolique se cachait derrière.»

Ce petit incident reste troublant si l'on se souvient des contacts qu'Oskar Freysinger a entretenus ces dernières années avec des milieux extrémistes. Ainsi, il avait accepté en 2011 une invitation du groupe Riposte laïque, considéré comme appartenant à l'extrême droite par les autorités françaises. Freysinger s'était alors exprimé sur l'islam à Paris. Le groupuscule l'a d'ailleurs félicité pour son élection récente sur son site internet.

Interrogé par «10vor10», le conseiller d'Etat valaisan n'a pas souhaité donner de précisions concernant cette affaire. Il a simplement affirmé qu'il avait accroché ce drapeau par intérêt historique et qu'il ne savait pas qu'il était utilisé par des extrémistes de droite.

Ton opinion