Avec deux ans de retard: Le Dreamliner de Boeing volera bientôt
Actualisé

Avec deux ans de retardLe Dreamliner de Boeing volera bientôt

Avec près de deux ans de retard, Boeing se prépare au premier vol d'essai du 787 «Dreamliner».

L'avionneur américain a fait un énorme pari commercial sur cet avion de ligne moyenne capacité de nouvelle génération.

Boeing a repoussé à quatre reprises le calendrier du 787, quintessence de sa stratégie aéronautique, depuis le lancement du programme en 2004 en raison de problèmes industriels à répétition. Mais depuis novembre, il assure tabler sur un premier vol d'essai d'ici la fin du deuxième trimestre, soit d'ici fin juin.

La première livraison - une énorme commande de 50 appareils représentant 6 milliards de dollars, du client inaugural, la compagnie japonaise ANA (All Nippon Airways) - est prévue pour le premier trimestre 2010.

Ce calendrier a été confirmé ces derniers jours par l'avionneur au salon aéronautique du Bourget. Boeing, qui a prévu six appareils pour son programme de vols d'essai, a précisé avoir entamé l'assemblage du premier 787 devant être livré à son client ANA.

Deux ans de retard

S'il tient le calendrier actuel, Boeing aura pris près de deux ans de retard sur son programme initial, qui prévoyait une entrée en service commercial en mai 2008. L'appareil, considéré comme le plus sophistiqué de l'industrie en raison des matériaux utilisés, de la technologie embarquée et du design.

Il a connu une série de problèmes industriels depuis 2004, en raison des innovations et de la méthode de production inédite retenue par Boeing: le constructeur a fait appel à une multiplicité de fournisseurs américains et étrangers, rendant plus complexe le suivi industriel du programme. Le 787 est assemblé dans le fief de Boeing, son site d'Everett dans l'Etat de Washington.

Boeing parie sur un ciel aérien mondial où circulerait une majorité d'appareils de moyenne capacité, à l'opposé de son grand rival européen Airbus, qui met l'accent sur les plus gros appareils.

«Le programme répond à plusieurs domaines d'intérêts en termes de marché, de clients et de technologies», insiste Boeing. Le long-courrier de moyenne capacité pourra transporter entre 210 et 330 passagers et parcourir de 4600 à 15 750 kilomètres sans escale, selon ses modèles.

Composé à 50% de matériaux composites et à 20% d'aluminium, le rendant plus léger, le «Dreamliner» promet 20% d'économies de carburant par rapport à des appareils de capacités similaires.

Le 787 a engrangé à ce jour 865 commandes de 56 clients. Par comparaison, le programme A350 d'Airbus, lancé en 2005 pour concurrencer le «Dreamliner», retourné sur la planche à dessin l'année suivante et ne devant pas entrer en service avant 2013, fait l'objet de 493 commandes. (ats)

Ton opinion