Droits humains: Le droit au développement reste «pertinent»
Actualisé

Droits humainsLe droit au développement reste «pertinent»

La Déclaration de l'ONU sur le droit au développement célèbre cette année son 30e anniversaire.

photo: Kein Anbieter

Face aux inégalités et à la pauvreté, elle «reste manifestement pertinente», a déclaré mercredi à Genève le Haut Commissaire aux droits de l'homme Zeid Raad al-Hussein.

Le commerce, l'investissement, la finance ou la propriété intellectuelle «doivent être rendus compatibles avec les obligations des Etats en matière de droits de l'homme», a-t-il estimé au début d'un débat au Conseil des droits de l'homme sur cette question. Et d'affirmer que l'Agenda 2030 pour le développement durable et les Objectifs de développement durable (ODD) constituent la suite de la Déclaration.

C'est notamment le cas en raison de la volonté de mieux réguler les marchés financiers et du traitement spécial et différencié des pays en développement.

La Déclaration, établie il y a 30 ans, avait placé les individus au centre du développement, notamment les femmes et les minorités, a expliqué M. Zeid. Elle souhaitait améliorer la situation de toutes les sociétés. Elle a élargi la lutte pour davantage de libertés et de justice.

Des avancées ont été constatées. Mais elles sont «inégales», notamment pour les pays les moins avancés (PMA), des Etats africains ou la plupart des pays en développement. Il faut renforcer l'action multilatérale sur cette question, affirme M. Zeid. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion