Actualisé 17.05.2017 à 06:31

Grande-Bretagne

Le drone, un casse-tête pour les prisons

Une prison de l'île anglo-normande de Guernesey va installer un bouclier virtuel anti-drones, un dispositif présenté comme une première mondiale.

Les drones sont capables de livrer des armes ou de la drogue aux détenus.

Les drones sont capables de livrer des armes ou de la drogue aux détenus.

Keystone

Le bouclier anti-drones devrait empêcher le survol de ces appareils capables de livrer aux détenus armes, drogues ou téléphones portables.

Toujours plus petits, toujours plus agiles, difficiles à repérer, difficiles à attraper, les drones constituent un vrai casse-tête pour les établissements pénitentiaires, a dit à l'AFP le directeur de la prison, David Matthews.

«Vous avez quasiment chaque jour (au Royaume-Uni) un drone pris à voler au-dessus d'une prison», ajoute-t-il.

Pour mettre un terme à ces survols intempestifs, et aux livraisons de «téléphones, drogues et armes», la prison de Guernesey disposera à compter de cet été d'une sorte de bouclier virtuel baptisé Sky Fence et capable de pirater les drones.

Appareil piraté

«Concrètement, explique David Matthews, quand le drone survole le périmètre de la prison, il est piraté» grâce à une vingtaine de brouilleurs installés stratégiquement dans l'établissement, qui compte 80 détenus.

Le système supprime le programme de vol de l'appareil, qui retourne alors automatiquement d'où il vient, ajoute-t-il.

Sky Fence «génère un dôme invisible au-dessus de la prison, rendant impossible son survol», résume M. Matthews.

Mardi encore, deux hommes qui utilisaient des drones pour effectuer des livraisons de drogues et téléphones portables ont été condamnés à Luton (nord de Londres) à des peines de prison ferme. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!