Allemagne: Le faible chômage des jeunes dû au peu de jeunes
Actualisé

AllemagneLe faible chômage des jeunes dû au peu de jeunes

Le faible chômage des jeunes en Allemagne s'explique avant tout par la chute du nombre de jeunes, s'inquiète l'institut économique DIW. Celui-ci se soucie également d'un déficit de formation.

«Il n'y a pas de quoi se réjouir», avertit Karl Brenke, expert du marché du travail pour le DIW, dans un communiqué publié mercredi. «Le chômage baisse avant tout pour des raisons démographiques et non parce que de plus en plus d'emplois ou de places de formation sont pourvues par des jeunes.»

Le chômage touche 8% des jeunes de 15 à 24 ans en Allemagne, soit le plus bas niveau au sein de l'Union européenne, rappelle le DIW. L'institut souligne que ce taux, au plus bas depuis la Réunification en 1990, a été plus que divisé par deux entre 2005 et 2012 en Allemagne, alors qu'il a explosé dans les pays d'Europe les plus touchés par la crise financière. Le chômage des jeunes dépasse ainsi 50% en Espagne ou en Grèce, 30% en Italie et 20% en France.

Pénurie de main-d'oeuvre

Le DIW s'inquiète cependant d'un déficit de formation et d'une faible mobilité des jeunes chômeurs en Allemagne. «Comme il y a de moins en moins de jeunes en Allemagne, la société doit s'assurer encore plus qu'ils soient bien formés et trouvent un accès au marché du travail», estime M. Brenke.

L'Allemagne enregistre depuis 2005 moins de 700'000 naissances par an, soit quasiment deux fois moins que dans les années 1960 (1,3 million). Cette faible natalité, un phénomène déjà ancien, commence à provoquer des pénuries de main-d'oeuvre, qui devraient s'aggraver ces prochaines années et que Berlin tente de compenser par un recours massif à l'immigration.

Pays le plus peuplé de l'Union européenne avec près de 82 millions d'habitants, l'Allemagne compte déjà une population de moins 20 ans inférieure à la France, le deuxième pays plus peuplé de l'UE, qui compte pourtant 16 millions d'habitants de moins. (ats)

Ton opinion