Modus operandi - Le FBI s’est servi chez Google pour piéger les criminels
Publié

Modus operandiLe FBI s’est servi chez Google pour piéger les criminels

Un acheteur est tombé sur un appareil d’occasion tournant sur un système d’exploitation sous-marin commercialisé par l’agence américaine.

Le FBI avait trafiqué des smartphones Pixel 4a de Google

Le FBI avait trafiqué des smartphones Pixel 4a de Google

fbi/google/montage

On ne sait jamais à quoi s’attendre en achetant sur le Net. Un Australien peut le confirmer après avoir acquis d’occasion un smartphone sur un site de vente entre particuliers. Le nouveau propriétaire a rapidement compris qu’il n’avait pas affaire à un appareil ordinaire. À la place de l’habituel OS Android et sa boutique PlayStore, il a trouvé un OS mystérieux. Il s’agissait en fait d’un ArcaneOS, le système d’exploitation développé par le FBI.

«J’ai acheté ce smartphone en ligne, pour un prix ridiculement bas. Maintenant, je comprends pourquoi.»

Acheteur anonyme cité par le média Motherboard (Vice Media)

L’appareil, nommé ANOM, fait partie des smartphones chiffrés qui avaient été écoulés par l’agence américaine pour piéger les organisations criminelles. Au cours d’une opération rondement menée et s’étalant sur trois ans, elle en avait vendu 12 000 exemplaires pour un total de 27 millions de messages espionnés. Début juin, le FBI s’était félicité d’un coup de filet historique: l’arrestation de plus de 800 criminels dans 16 pays.

Le site Motherboard (Vice Media) a profité de l’occasion pour décortiquer le smartphone, un Pixel 4a milieu de gamme de Google modifié. On y trouve entre autres une messagerie prétendument chiffrée, de fausses icônes d’applications et un système de suppression sécurisée et totale des données à distance.

Toujours sur le marché

Les appareils ne permettaient pas de passer des appels, ni de consulter ses mails et n’avaient pas de données GPS. Ils permettaient juste d’envoyer des messages à d’autres téléphones AN0M. Ils ne pouvaient s’acheter que sur le marché noir et impliquaient d’avoir un code transmis par un autre utilisateur.

On ne sait pas si Google a prêté son concours à cette opération alors que le géant américain peine toujours à se faire une place parmi les principaux fabricants de smartphones. Motherboard dit avoir trouvé d’autres petites annonces pour des smartphones ANOM en Allemagne, en Lituanie et d’autres pays européens. De quoi peut-être faire le bonheur de geeks à la recherche de pièces de collection.

(laf)

Ton opinion

14 commentaires