Europa League: Le FC Bâle à l'épreuve de Fulham
Actualisé

Europa LeagueLe FC Bâle à l'épreuve de Fulham

Pour la 2e journée de l'Europa League, le FC Bâle se déplace à Londres pour y affronter Fulham. Ce sera l'occasion pour les Rhénans de croiser deux personnalités bien connues en Suisse, soit Roy Hodgson et Pascal Zuberbühler.

Manager du club depuis décembre 2007, Roy Hodgson (62 ans) effectue un excellent travail dans le club londonien. En Suisse, Hodgson a entraîné Neuchâtel Xamax (1990-1992) puis l'équipe nationale (1992-1995), avec laquelle il a notamment participé à la Coupe du monde 1994 aux Etats-Unis. L'entraîneur anglais avait ensuite fait un passage moins fructueux à Grasshopper lors de la saison 1999-2000.

Quant à Pascal Zuberbühler (38 ans), il est depuis l'été 2008 gardien remplaçant chez les Cottagers, où il n'a été aligné jusqu'ici qu'une fois, en Coupe de la Ligue la saison dernière. "Zubi" a fait la majeure partie de sa carrière avec Bâle, dont il a porté les couleurs de 1999 à 2006, avec une interruption d'un an en 2000-2001.

Fulham a terminé la saison dernière au 7e rang, son meilleur résultat en Premier League. L'exercice en cours a démarré de manière plus mitigée, les Cottagers naviguant au 17e rang avec seulement deux victoires en sept matches, avec quatre buts inscrits.

"La priorité est le championnat. Nous voulons le plus vite possible atteindre les 40 points afin de ne pas être pris dans la lutte contre la relégation", explique Pascal Zuberbühler. Dès lors, Hodgson pourrait ménager l'un ou l'autre de ses cadres jeudi, dans l'optique de l'important derby de dimanche à West Ham, qui a aussi besoin urgent de points.

Sur la lancée de sa probante victoire contre l'AS Rome (2-0) il y a deux semaines, Bâle peut aborder cette rencontre avec un certain optimisme. L'équipe rhénane semble lancée, grâce à une stabilité défensive retrouvée. Costanzo n'a plus été battu depuis 365 minutes.

"Gagner quatre matches de suite sans encaisser le moindre but, cela laisse des traces positives dans la confiance", glisse Marco Streller. "Contre la Roma, nous avons vu ce que nous pouvions atteindre avec la bonne attitude", explique pour sa part l'entraîneur Thorsten Fink. "Nous pouvons battre n'importe quelle équipe en Europe", ajoute-t-il, avant de préciser parler de l'Europa League seulement...

(si)

Ton opinion