Actualisé 21.09.2017 à 11:22

Foot - Super LeagueLe FC Bâle version Wicky ne fait pas peur

Les chiffres ne parlent pas en faveur de l'entraîneur valaisan, dont les jours semblent comptés à la tête du club bâlois.

de
Pascal Schmuck, Zurich
Raphaël Wicky n'a plus beaucoup de temps pour convaincre au FC Bâle.

Raphaël Wicky n'a plus beaucoup de temps pour convaincre au FC Bâle.

Keystone

Le FC Bâle traverse une bien mauvaise passe. Avec sa défaite à Saint-Gall mercredi soir, le club rhénan n'a gagné que deux rencontres en six semaines et c'était en Coupe de Suisse. Il n'a plus goûté à la victoire en championnat depuis quatre matchs.

Pire, il faut remonter à la saison 2009/2010 pour retrouver un aussi piètre début début de saison, s'inquiète la Basler Zeitung. Après huit journées, le club ne pointe qu'au quatrième rang de Super League, avec six points de retard sur le leader, les Young Boys de Berne.

Wicky en danger

Le sort de l'entraîneur valaisan Raphaël Wicky n'est pas scellé mais le temps lui est compté pour redresser la barre, estime le Blick. Certes, le club manque de profondeur de banc et les (nombreuses) absences se font cruellement ressentir mais elles ne suffisent pas à expliquer pourquoi l'équipe manque à ce point d'inspiration sur le terrain, souligne le quotidien de boulevard zurichois.

Le club doit absolument se renforcer, ajoute le Blick, rejoignant en cela l'Aargauer Zeitung. Il y a trop d'incertitudes et d'imprécisions dans le jeu des Bâlois pour espérer inverser la tendance et, comme le souligne le quotidien argovien, l'équipe n'a plus confiance en elle.

Fans en colère

Pour le moment, les fans du FC Bâle gardent encore la foi dans leur équipe mais égratignent volontiers l'entraîneur sur les réseaux sociaux. S'ils sont de plus en nombreux à réclamer la tête du Valaisan, certains estiment également que Raphaël Wicky a hérité de l'équipe la plus faible depuis bien longtemps.

D'autres mettent également en avant la responsabilité de tout l'encadrement du FC Bâle, s'en prenant au président Bernhard Burgener et au directeur sportif Marco Streller, jugés incapables de perpétuer la tradition du club.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!