Actualisé 27.05.2009 à 21:33

Finale de la Ligue des Champions 2009Le FC Barcelone nouveau roi d'Europe

Un Barcelone impérial a décroché la troisième Ligue des champions de son histoire en battant Manchester United 2-0 à Rome, grâce à des buts d'Eto'o (10e) et Messi (70e).

Les Anglais, tenants du trophée, ont manqué le coche dans les neuf premières minutes.

Manchester United a ainsi perdu pour la première fois une finale à ce niveau, après trois victoires. Une autre série a pris fin: Lionel Messi, qui n'avait jamais marqué contre un club anglais, a réparé cet oubli en inscrivant de la tête le 2-0 qui a mis un terme définitif aux espoirs des Mancuniens. Il était écrit que les Red Devils ne pouvaient pas s'imposer dans la ville papale...

La victoire de Barcelone ne peut pas être discutée. Les hommes de Guardiola ont fourni une prestation d'un niveau exceptionnel, grâce à une qualité technique sans pareil. Après le sacre de l'Espagne à l'EURO 2008, celui du Barça démontre que l'on peut gagner en produisant un jeu d'attaque séduisant. C'est plus que réjouissant.

Début tonitruant

Dans une ambiance survoltée, il n'y avait pas de round d'observation. Dès le coup d'envoi, Manchester United prenait son adversaire à la gorge, le privant de ballon. Sir Alex Ferguson recherchait le k.o. d'entrée. La position initiale très avancée de Giggs perturbait la défense catalane de fortune. Par trois frois, Ronaldo pouvait frapper au but en bonne position: Valdes s'interposait difficilement sur son coup franc de la 2e, alors que les frappes du Portugais passaient d'un rien à côté (7e/9e).

Largement dominé, Barcelone assomait les Anglais sur sa première action d'envergure. Iniesta décalait Eto'o sur le flanc droit et le Camerounais abusait Vidic et battait ensuite au premier poteau un Van der Sar pas très net en la circonstance (10e). Ce but venant de nulle part faisait très mal aux Red Devils après leur entame tonitruante.

Car ensuite, au fil des minutes, le jeu du Barça se mettait en place, sous l'impulsion d'un Iniesta intenable et d'un Xavi toujours aussi lucide. Comme lors de la démonstration contre le Real Madrid, Pep Guardiola avait fait permuter Messi et Eto'o, l'Argentin évoluant le plus souvent dans l'axe, ce qui déstabilisait l'organisation défensive de Man U.

Risques pas payants

Forcé de réagir, Ferguson allait beau faire successivement entrer Tevez (46e) et Berbatov (66e), alignant ainsi quatre attaquants, la physionomie de la rencontre ne changeait pas. D'ailleurs, Manchester United n'arrivait pas à se montrer dangereux.

Après un coup franc de Xavi sur le poteau (53e), Barcelone assurait son triomphe quand le même Xavi déposait le ballon sur la tête de Messi (70e).

Quant à l'arbitre suisse Massimo Busacca, il a livré une partie solide, faisant même preuve de mansuétude à l'égard de Scholes, auteur d'un tacle assassin qui aurait pu lui valoir l'expulsion.

Barcelone en fête:

Embedded video from (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!