Actualisé 12.01.2010 à 20:55

Triche

Le FC Fribourg taclé par l'affaire des paris truqués

Le club de foot de 1re ligue amateur vire un joueur impliqué dans un scandale qui touche toute la planète foot.

de
Raphaël Pomey

Stupeur au stade Saint-­Léonard, à Fribourg. Lundi soir, l'équipe a annoncé le limogeage de Boze Gudelj, 23 ans. Quelques jours plus tôt, l'attaquant reconnaissait avoir trempé dans le scandale mondial des rencontres de foot truquées. En cause, sa petite performance lors d'un match d'entraînement perdu 2 à 0 contre le FC Bienne en 2009.

Eclaboussant la planète foot depuis des mois, les affaires de joueurs corrompus trouvent leur source dans l'activité des mafias asiatiques des paris. Via divers réseaux, cette pieuvre s'assure que certains footeux influencent le résultat des parties qu'ils disputent, contre rémunération. Et ce jusque dans les ligues les plus obscures...

Car sur les sites de paris en ligne, on mise sur tout: «J'ai déjà joué de l'argent sur une rencontre du championnat kazakh, rigole un accro et spécialiste. Tant qu'il y a de l'argent à gagner, l'enjeu sportif importe peu.» Quant aux joueurs de ligues mineures, ils ont l'avan­tage d'être plus facilement intéressés par un «bonus» de quelques milliers de francs qu'une star déjà richissime. «Tout de même, qui pouvait imaginer que quelqu'un tricherait dans un match de préparation?» se lamente Christophe Fragnière, président du FC Fribourg. Il jure ne jamais avoir eu aucun doute sur son ex-attaquant, au club depuis cinq ans.

Hooligans dénoncés

16 personnes impliquées dans une bagarre en marge d’un match entre le FC Fribourg et le FC Martigny en mai 2009 ont reçu des interdictions de périmètre.

Une angoisse pour les loteries

En Suisse, seuls deux systèmes, Totogoal et Sporttip, permettent de parier en toute légalité sur les matches de foot. «Nous nous limitons aux ligues majeures, car les résultats y sont moins faciles à influencer», explique le patron de la Loterie Romande, Jean-Luc Moner-Banet. En charge des deux jeux, il observe avec amertume le succès des gros sites de paris en ligne: «La plupart sont basés dans des endroits où ils sont peu contrôlés. En plus, ils n’ont pas de programme qui leur signale si l’enjeu autour d’un match quelconque explose de manière suspecte. Ils sont moins sûrs que nos systèmes.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!