Challenge League: Le FC Lugano retrouve l'élite
Actualisé

Challenge LeagueLe FC Lugano retrouve l'élite

Lugano retrouve la lumière. Relégué en 2002, le club tessinois fera cet été son retour en Super League après plus d'une décennie de déconvenues.

Joueurs et supporteurs ont fêté la remontée.

Joueurs et supporteurs ont fêté la remontée.

Lugano s'est imposé 2-0 à Bienne grâce à une belle frappe enroulée de Guarino et un but d'Urbano. Battus pour la deuxième fois à domicile en quatre jours (2-1 par Le Mont), les Servettiens, toujours dans l'attente de leur salaire d'avril, n'ont vraiment plus que les yeux pour pleurer. Et sont contraints d'attendre dans l'angoisse la solution promise par Hugh Quennec pour sauver le SFC de la faillite et obtenir une licence de jeu pour 2015/16.

Les 200 tifosi qui ont fait le déplacement à Bienne ne regretteront sûrement pas d'avoir «sacrifié» leur lundi de Pentecôte. Car ce peuple bianconero, qui pourra fêter dignement ses protégés samedi au Cornaredo lors de la dernière journée contre Wohlen, a avalé bien des couleuvres en ce début de siècle.

Mort suspecte, faillite et sabordage

Vice-champion de Suisse en 2000/01, le club tessinois n'a dès lors cessé de défrayer la chronique. De la découverte de son président Helios Jermini mort dans sa voiture au fond du lac Ceresio le 5 mars 2002, laissant derrière lui quelque 72 millions de francs de dettes, à la faillite prononcée en mars 2003, du nouveau départ en 2e ligue interrégionale à la fusion avec Malcantone Agno en juin 2004 qui lui a ouvert les portes de la Challenge League, le FC Lugano s'est trop longtemps perdu dans les méandres d'une mauvaise gestion non seulement administrative, mais aussi sportive.

Car les Luganais avaient déjà eu l'occasion de retrouver l'élite à trois reprises. Lors de barrages perdus face à Lucerne (2009) et Bellinzone (2010) ou encore durant une saison 2010/11 qui les a vus se saborder en dilapidant une avance de 14 points sur Lausanne et Servette à sept journées de la fin du championnat pour finalement être dépassés par les deux clubs lémaniques. Cette promotion est également primordiale pour le canton du Tessin, absent de l'élite depuis la relégation de Bellinzone en 2011. Reste désormais à tuer ce serpent de mer qu'est la construction d'un nouveau stade. Ce que les dirigeants bianconeri espèrent d'ici deux à trois ans.

Les dirigeants, justement, parlons-en. L'autre défi des hommes forts du club - outre de porter le budget à environ 5 millions de francs pour la saison à venir - sera de faire cesser toutes les discordances qui pourrissent souvent les relations entre le président, l'architecte Angelo Renzetti qui détient 60% des actions, et l'agent de joueurs péruvien Pablo Betancur, en possession des autres 40% et à qui l'on prête volontiers un caractère impatient ainsi que des ambitions plus personnelles que portées vers le club trois fois champion de Suisse (1938, 1941 et 1949).

Bienne toujours dans le rouge

On connaît donc le promu, mais toujours pas le relégué. Malgré tous ses efforts, Bienne n'a pas réussi à se débarrasser de la lanterne rouge, au cours de ce qui était le dernier match de l'histoire de la Gurzelen (3516 spectateurs lundi), inaugurée en 1913.

Les Seelandais sont à un point de Wil (0-2 à Wohlen) et à trois Chiasso (0-0 contre Schaffhouse). Ils iront à Schaffhouse samedi tandis que les Tessinois se déplaceront chez un FC Le Mont sauvé et que les Saint-Gallois recevront le LS. (ats)

Ton opinion