FOOTBALL: Le FC Sion condamné à payer plus d’un million à Murat Yakin

Publié

FOOTBALLLe FC Sion condamné à payer plus d’un million à Murat Yakin

Le Tribunal d’arrondissement de Martigny a rendu un premier verdict dans le conflit qui oppose le club valaisan au sélectionneur national.

par
Simon Meier
Murat Yakin avait dirigé le FC Sion entre septembre 2018 et mai 2019. Quelques mois avant le divorce, son contrat avait été prolongé jusqu’en juin 2021.

Murat Yakin avait dirigé le FC Sion entre septembre 2018 et mai 2019. Quelques mois avant le divorce, son contrat avait été prolongé jusqu’en juin 2021.

freshfocus

Le match n’est pas terminé. Mais dans le conflit qui l’oppose à Christian Constantin, Murat Yakin a pris l’avantage. Selon une information du «Nouvelliste», le Tribunal d’arrondissement de Martigny a donné raison à l’ancien entraîneur du FC Sion, condamnant le club valaisan à lui verser 1 170 000 francs suite à son départ au printemps 2019.

Engagé à la mi-septembre 2018 pour remplacer Maurizio Jacobacci, Murat Yakin n’avait pas permis aux Sédunois de prendre de la hauteur au classement. Pire, après trois défaites consécutives, l’actuel sélectionneur national avait été mis à pied à quatre journées de la fin du championnat de Super League, au printemps 2019. Christian Constantin, taxant son entraîneur de manque de professionnalisme, notamment pour avoir découché lors d’une mise au vert, allait ensuite actionner définitivement le couperet habituel.

Silence au club

Il ne restait plus qu’à régler les modalités du divorce. Comme souvent, personne n’a envie de faire de cadeaux et la justice doit trancher. La cour octodurienne a pour l’heure estimé que Murat Yakin avait rompu pour justes motifs son contrat, qui courait jusqu’en juin 2021. Le FC Sion se voit donc sommé de verser plus d’un million de francs à son ex-technicien. Mais il ne le fera pas ou en tout cas pas tout de suite, selon «Le Nouvelliste».

Contactés par le quotidien valaisan, Christian Constantin et son avocat Alexandre Zen-Ruffinen n’ont pas souhaité faire de phrases. Mais ils semblent déterminés à lutter encore et ne pas concéder la moindre fleur au sélectionneur de l’équipe de Suisse. L’affaire suit son cours, comme on dit.

Ton opinion

50 commentaires