Le FC Zurich est presque qualifié

Actualisé

Le FC Zurich est presque qualifié

Le FC Zurich a pratiquement assuré sa qualification pour les seizièmes de finale de la Coupe de l'UEFA.

Après avoir battu 2- 1 le Sparta Prague en République tchèque, le FCZ s'est imposé 2-0 devant Toulouse lors de son deuxième match de poule grâce à une réussite de Tihinen et un penalty de Raffael. Ce résultat condamne les Français.

Il manque théoriquement un point aux Champions de Suisse pour passer l'hiver au chaud. Ils peuvent l'obtenir le 6 décembre à Moscou face au Spartak, qui a arraché le nul 0-0 à Prague. Mais même s'ils s'inclinent en Russie, ils pourront déjà être qualifiés jeudi prochain à la condition que le Sparta Prague ne s'impose pas à Leverkusen. On voit mal comment Barnetta et ses coéquipiers pourraient se faire piéger par les Tchèques.

Après Rennes en octobre dernier à Bâle, un second représentant de la L1 concède une défaite sans appel en Suisse. Troisième du dernier Championnat de France, Toulouse a livré au Letzigrund un match d'une insigne faiblesse. Les joueurs de la Garonne ont attendu 85 minutes avant de se procurer une première occasion avec un tir sur le poteau d'Emana. Ils ont témoigné de la même impuissance que les Bretons au Parc St-Jacques. On comprend mieux désormais pourquoi la L1 est de loin le plus médiocre des cinq grands championnats européens.

Merci l'arbitre

Le FC Zurich a bénéficié d'un petit coup de pouce sur l'ouverture du score de Tihinen à la 41e. Le Finnois était, en effet, en position de hors-jeu avant d'armer sa frappe victorieuse. Il avait bénéficié d'une déviation de Kondé sur un coup-franc botté par Rochat.

La reprise de Tihinen était, curieusement, le premier tir cadré du match. Après une très bonne entame, notamment avec un centre en retrait de Chikhaoui à la 11e qui aurait mérité d'être mieux exploité, le FCZ a souffert de son manque de poids en attaque. Malgré toute leur habileté technique, Raffael et Alphonse furent trop souvent désarmés devant la puissance athlétique des défenseurs adverses.

Un duo bien discret

Condamné à l'emporter après ses deux défaites devant le Bayer Leverkusen et le Sparta Prague, Toulouse avait adopté un schéma inhabituel en 4-4-2 au Letzigrund malgré les réticences de son entraîneur Elie Baup pour ce système. Le mentor a très vite compris que le duo d'attaque formé d'Elmander et de Gignac souffrait d'un manque de complémentarité évident. Les deux hommes sont il est vrai à la recherche d'une nouvelle confiance. Le Suédois sort d'une blessure alors que le transfuge de Lorient connaît une intégration bien délicate dans son nouveau club.

Toulouse offrait un visage toujours aussi désolant après le repos. Il fallait attendre l'heure de jeu pour noter un premier arrêt de Leoni, sur une frappe de Mansaré. Neuf minutes plus tôt, le FCZ avait failli doubler la mise avec une frappe déviée de Tico repoussée par la transversale. Les Zurichois étaient plus tranchants au fil des minutes avec des espaces qui s'offraient davantage à eux. Le 2-0 tombait alors comme un fruit mûr avec un penalty de Raffael à la 68e accordé pour une main d'Ilunga sur une frappe de Tico. On pouvait baisser le rideau. (ats)

Ton opinion