Actualisé

Bande dessinéeLe Festival d'Angoulême distingue Baru

Le 37e Festival international de la bande dessinée d'Angoulême a attribué dimanche son Grand prix à Baru, auteur de «Roulez jeunesse!».

Le Prix du meilleur album revient à Riad Sattouf pour «Pascal Brutal».

De son vrai nom Hervé Baruléa, Baru, 62 ans, dessinateur au trait énergique doublé d'un sens percutant de la narration, raconte depuis trente ans des histoires d'adolescents de milieux populaires dans ses nombreux albums.

Après des débuts comme professeur de sport, Baru a publié au début des années 1980 une trilogie intitulée «Quéquette blues», reprise en un seul volume sous le titre «Roulez jeunesse!». Il avait déjà été primé à Angoulême en recevant le prix du meilleur album en 1996 pour «L'autoroute du soleil».

Jeune génération

En décernant son prix du meilleur album au «Pascal Brutal» de Riad Sattouf, 32 ans, le festival a fait le lien avec la jeune génération de la BD francophone. Dans son premier film, «Les beaux gosses», sorti en juin 2009, Sattouf racontait également des histoires d'adolescents de milieu populaire.

«Notre ouverture à la diversité de la BD a toujours fait la force de cet événement», a souligné dimanche le directeur artistique du festival, Benoît Mouchart. Il a noté que «les festivaliers sont beaucoup plus jeunes» que par le passé, «avec beaucoup plus de femmes et de filles». Le Festival d'Angoulême attire chaque année près de 200'000 personnes en quatre jours.

Egalement distingués, Gwen de Bonneval et Mathieu Bonhomme (»L'esprit perdu»), David Prudhomme (»Rébétiko») ou Camille Jourdy (»Rosalie Blum») appartiennent aussi à la nouvelle vague des auteurs de BD.

La bande dessinée grand public est récompensée avec le prix de la série à «Jérôme K. Jérôme Bloche» d'Alain Dodier. Et le prix du patrimoine est allé au grand dessinateur espagnol Carlos Gimenez, 69 ans, pour «Paracuellos», récit de son enfance dans un orphelinat de l'Espagne franquiste.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!