Actualisé 30.06.2008 à 18:02

Le feu et l'eau ravagent 50 000 bouquins de l'Uni

Tout un patrimoine a disparu dimanche soir dans l'incendie qui a notamment dévasté trois bibliothèques de l'ancienne Ecole de chimie.

«Le spectacle était impressionnant et il faisait une chaleur d'enfer», témoigne, encore sous le choc, Pierre Spierer, vice-recteur de l'Université de Genève. «On a pourtant eu de la chance dans notre malheur, poursuit-il. Si le feu avait pris un quart d'heure plus tard, les pompiers auraient eu du mal à traverser la plaine de Plainpalais, en liesse pour la finale de l'Euro 2008.»

Le spectaculaire incendie qui a ravagé le bâtiment de la Faculté des lettres au boulevard des Philosophes s'est déclaré dimanche soir vers 22 h 15. Les flammes se sont vite propagées dans trois bibliothèques et aux archives. La sous-toiture a été entièrement détruite et les étages inférieurs endommagés. «Plus de 50 000 livres ont été abîmés par l'eau. Cela fait mal au coeur de voir disparaître ce patrimoine», se désole encore Pierre Spierer.

Lundi, l'université n'avait pas encore chiffré les dégâts. «La bibliothèque d'allemand a beaucoup souffert. En revanche les livres précieux, entreposés dans un autre endroit du bâtiment, ont été épargnés», a indiqué un responsable de l'alma mater.

«Personne n'a été blessé, mais les dégâts matériels sont considérables», précise de son côté Jacques Magnin, commandant adjoint du Service incendie et secours. Lundi matin les pompiers surveillaient encore les lieux afin d'éviter une reprise du feu. Les raisons du sinistre sont pour l'heure inconnues. La police scientifique est sur place.

Sabrine Gilliéron

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!