Le film d'horreur plaît aux Romands

Actualisé

Le film d'horreur plaît aux Romands

La sixième édition du Festival du film fantastique de Neuchâtel (NIFF) a fermé hier ses portes sur un bilan très positif. Le film d'horreur se porte à merveille.

Les morts vivants et autres zombies ont la cote auprès des Suisses. La preuve en est des 12 000 spectateurs (un record d'affluence) venus se donner quelques frissons dans les salles obscures de Neuchâtel au cours de la semaine dernière.

Avec une programmation éclectique, le NIFF a su proposer à un public large des jeunes cinéastes au monde terrifiant. «Le public est fidèle et motivé, explique la porte-parole du NIFF. «Mais il n'y a pas que des fanatiques du cinéma de genre. Les spectateurs viennent tous d'horizons différents et il y a de tous les âges.»

Le palmarès 2006 a ainsi récompensé dans la catégorie internationale «The Bothersome Man», du Norvégien Jens Lien. Ce prix lui vaut d'être nominé pour le Méliès d'or, distinction qui sera remise le 25 août en Finlande au meilleur film fantastique européen. Une mention spéciale a été donnée à «Storm», un thriller psychologique des Suédois Mans Marlind et Björn Stein.

Le prix du meilleur court-métrage suisse est revenu à Maja Gehrig et sa «Nuit blanche». Deux films très attendus sont en revanche rentrés bredouilles: «ILS», des Français David Moreau et Xavier Palud, un premier opus angoissant, et «La colline a des yeux», d'Alexandre Aja.

A 28 ans, ce dernier s'était illustré en 2003 dans le suspense et l'horreur de haut vol avec son terrifiant «Haute tension». Le NIFF s'est achevé avec la projection de «Stay», de Marc Forster, réalisateur suisse établi à Los Angeles.

Elsa Duperray

Ton opinion