Révolution en Libye: Le fils cadet de Kadhafi nie toute attaque de civils
Actualisé

Révolution en LibyeLe fils cadet de Kadhafi nie toute attaque de civils

Saif Al-islam Kadhafi, le fils cadet du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, a «nié» que le régime libyen ait attaqué des civils.

Interrogé sur le fait de savoir s'il démentait que les autorités libyennes s'en soient prises au peuple libyen, Saif al-Islam Kadhafi a répondu : «oui, nous nions cela», dans une interview accordée à la chaîne britannique «Sky News» diffusée mardi.

«Je mets quiconque au défi de m'apporter la preuve» du contraire, a-t-il ajouté, précisant que les journalistes étaient libres de se déplacer où ils le voulaient dans le pays.

Il a en outre reconnu qu'il n'y avait plus d'«armée organisée» dans l'est du pays, mais a rejeté l'idée que le gouvernement ne contrôlait plus cette région. «L'autorité civile est encore là-bas et est en contact avec Tripoli», a-t-il affirmé.

«Il y a un problème à l'est, il faut l'admettre. Mais l'est ne représente que 20% du pays. Le reste est ok», a relativisé Saif Al-islam Kadhafi.

«Il existe quelques groupes terroristes, en petit nombre, dans deux villes. Ils veulent créer leur propre Etat. Ils contrôlent une chaîne de radio, disposent d'une petite milice, mais ça ne rime pas à grand-chose».

La Libye est en proie depuis le 15 février à une insurrection contre le colonel Kadhafi, qui est, selon de nombreux témoignages, réprimée dans le sang par le régime. Plusieurs pays ont accusé le président libyen d'«assassiner» son peuple.

Les violences liées au soulèvement contre le colonel Kadhafi, au pouvoir depuis près de 42 ans, ont fait au moins 640 morts, selon un bilan de la fédération internationale des Ligues de droits de l'homme (FIDH) du 23 février.

Homme d'influence, Seif Al-Islam n'occupe pas de fonctions officielles. Mais il s'est distingué ces dernières années en tant qu'émissaire le plus fiable du régime.

(afp)

Ton opinion