Législatives en Egypte: Le fils d'un candidat tué
Actualisé

Législatives en EgypteLe fils d'un candidat tué

Le fils d'un candidat indépendant aux législatives en Egypte a été poignardé à mort au Caire dans la nuit de samedi à dimanche alors qu'il collait des affiches pour son père.

Le jeune homme, Omar Sayyed Sayyed, 24 ans, a été tué dans le quartier de Matariya, dans le nord-est de la capitale égyptienne. Il s'agit du premier mort rapporté en marge du vote qui s'est ouvert dimanche matin.

Selon la famille, le meurtre est lié aux élections parce qu'il se livrait à une activité politique au profit de son père, Sayyed Sayyed Mohamed.

Une source au sein de la police a en revanche a assuré que ses deux agresseurs, arrêtés, avaient expliqué avoir agi parce que la victime cherchait à séduire la soeur de l'un d'eux.

Un climat tendu

Un homme a également été blessé dimanche par balle lors d'affrontements entre partisans de différents candidats près de Mansourah, dans le delta du Nil, a-t-on appris auprès des services de sécurité.

La police a par ailleurs fait usage de gaz lacrymogènes à Qena (Haute-Egypte) pour mettre fin à des affrontements entre sympathisants de candidats rivaux.

A Qalioubeya, au nord du Caire, la police est encore intervenue contre des manifestants qui s'étaient rassemblés pour protester contre l'interdiction faite aux délégués d'un candidat d'entrer dans les bureaux de vote pour surveiller le scrutin.

Les Egyptiens votent dimanche pour le premier tour de l'élection de l'Assemblée du peuple. Le second tour est prévu le 5 décembre.

Bien que mobilisant généralement peu la population, les élections égyptiennes sont régulièrement entachées de violences entre partisans et d'affrontements avec les forces de l'ordre.

Ce scrutin se déroule dans un climat tendu entre le Parti national démocratique (PND) du président Hosni Moubarak et l'opposition islamiste des Frères musulmans.

Des affrontements sont aussi redoutés entre partisans de candidats proches du pouvoir, qui sont parfois plusieurs à se présenter pour le même siège de député. (afp)

Ton opinion