Affaire Bettencourt: Le fisc va vérifier la fortune de Bettencourt
Actualisé

Affaire BettencourtLe fisc va vérifier la fortune de Bettencourt

Le fisc français va examiner les comptes bancaires suisses de Liliane Bettencourt et les éléments de fortune qu'elle pourrait détenir à l'étranger.

Le ministre du budget François Baroin a promis dimanche que la loi serait appliquée «avec rigueur».

Cette mesure fait suite à la polémique qui frappe son prédécesseur Eric Woerth, accusé d'avoir épargné la femme la plus riche de France alors même que la justice avait transmis à Bercy début 2009 des éléments sur l'évasion fiscale de l'héritière du groupe de cosmétiques L'Oréal. L'épouse de M. Woerth était employée par le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt.

François Baroin a expliqué sur Europe 1 avoir décidé d'agir parce que les avocats de Liliane Bettencourt ont admis dans la presse ces derniers jours qu'elle possédait des comptes en Suisse crédités de plusieurs dizaines de millions d'euros.

«L'administration fiscale, ainsi saisie, va s'intéresser de près à la totalité des actifs sur la base des révélations effectuées par ses avocats», a dit le ministre.

«On ira jusqu'au bout, on ira un peu partout dans le monde pour savoir précisément ce qu'il y a, où il y a, et ensuite l'administration (...) dira sur tel sujet, ISF, impôt sur les sociétés, impôt sur le revenu (ce qu'il faut faire). La loi est la même pour tous, elle sera appliquée avec rigueur, avec détermination, dans le discernement», a-t-il ajouté.

«Aucune trace d'intervention d'Eric Woerth»

François Baroin a assuré qu'il n'y avait «aucune trace d'une quelconque intervention» de son prédécesseur Eric Woerth pour bloquer un contrôle fiscal dans le dossier Liliane Bettencourt. L'héritière de L'Oréal disposait de comptes non déclarés en Suisse.

Eric Woerth «est un homme qui a beaucoup agi pour lutter contre la fraude fiscale», a souligné dimanche M. Baroin au micro de la radio Europe 1.

«Qui mène les enquêtes, qui poursuit, engage les contrôles ? C'est l'administration fiscale», a expliqué M. Baroin. «En aucune façon (...), dans une période récente, un ministre du Budget peut bloquer un contrôle fiscal, ce serait de la pure folie et il n'a pas la possibilité non plus de dire à l'administration fiscale: je souhaite que vous contrôliez celui-ci ou celui-là», a-t-il dit.

Eric Woerth s'est défendu dernièrement d'avoir donné une instruction «de quelque nature que ce soit» pour éviter un contrôle fiscal à l'héritière de L'Oréal, alors que des enregistrements ont révélé que Liliane Bettencourt détenait des comptes non déclarés en Suisse.

(ats)

Ton opinion