Actualisé 23.03.2015 à 15:25

Croissance

Le FMI abaisse ses prévisions pour la Suisse

Le Fonds monétaire international (FMI) a à son tour revu à la baisse ses prévisions de croissance pour la Suisse, franc fort oblige.

Pour limiter un ralentissement de la croissance, ses experts conseillent à la Banque nationale suisse (BNS) d'assouplir davantage sa politique monétaire par l'achat d'actifs en devises.

Le FMI table désormais sur une croissance de 0,75% pour 2015, en raison notamment d'une baisse des exportations, contre 1,6% auparavant, a-t-il indiqué lundi à l'issue de son examen annuel de la situation économique et financière de la Suisse.

Vu le renchérissement du franc ainsi que la baisse des prix du pétrole, le taux d'inflation à fin 2015 devrait ressortir à -1,5%, selon le FMI. Ces prévisions sont plus pessimistes que celles du groupe d'experts de la Confédération qui s'attend à une croissance économique de 0,9% cette année et à une inflation de -1%.

A moyen terme, le FMI table sur une hausse graduelle du produit intérieur brut (PIB) à 2%. Mais ce scénario pourrait être perturbé par des risques spécifiques, a expliqué Kevin Fletcher, représentant du FMI, devant la presse à Berne.

L'évolution de l'économie mondiale, les incertitudes liées à la mise en oeuvre de l'initiative contre l'immigration de masse et la faiblesse persistante des taux d'inflation sont autant de facteurs pouvant reporter la reprise conjoncturelle, a-t-il estimé.

En ligne avec la BNS

Pour amortir la baisse de la croissance à court terme et résorber la surévaluation du franc, la BNS devrait recourir à l'achat d'actifs en devises étrangères ou locales. Il faudra en outre maintenir les intérêts négatifs à leur niveau actuel et fournir des efforts supplémentaires en vue d'augmenter ses fonds propres.

Ces propositions sont en ligne avec les efforts actuels de l'institut d'émission, a estimé Thomas Moser, membre de la direction générale de la Banque nationale suisse. La semaine dernière, la BNS a confirmé qu'elle interviendra au besoin afin d'influer sur le marché des changes.

Les experts du FMI recommandent également une mise en oeuvre rapide de la réforme des caisses de pension et de l'imposition des entreprises. Ces mesures permettront de garantir la durabilité des finances publiques, a relevé M. Fletcher.

Efforts des banques

Si le Fonds monétaire international salue les efforts de la Suisse pour améliorer la stabilité du secteur financier, il invite la FINMA à observer les effets du franc fort et de la baisse des taux d'intérêt sur les caisses de pension et les assureurs-vie. L'évolution du marché hypothécaire et du secteur immobilier doit aussi faire l'objet d'une surveillance attentive.

Les propositions du FMI correspondent aux mesures préconisées dans le rapport Brunetti, a commenté Alexander Karrer, chef adjoint du Secrétariat d'Etat aux questions financières internationales (SFI). Ce que le FMI n'a pas manqué de saluer dans son évaluation, ces efforts dépassant l'intérêt de la Suisse vu l'importance du secteur bancaire helvétique dans le monde, estime-t-il.

La délégation du FMI a réalisé son examen de la Suisse du 13 au 23 mars à Berne et à Zurich. (ats)

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!