Actualisé 27.02.2018 à 05:23

EconomieLe FMI voit la croissance et prône la méfiance

Le FMI s'attend à une accélération de la croissance économique mondiale mais ne pousse pas à l'enthousiasme.

La directrice générale du FMI, Christine Lagarde s'exprimait mardi lors d'une conférence à Jakarta. (Image - d'archive - 15 février 2018)

La directrice générale du FMI, Christine Lagarde s'exprimait mardi lors d'une conférence à Jakarta. (Image - d'archive - 15 février 2018)

Keystone

Le Fonds monétaire international (FMI) confirme prévoir une accélération de la croissance économique mondiale à 3,9% cette année et en 2019, a annoncé mardi sa directrice générale. Christine Lagarde, qui s'exprimait lors d'une conférence du FMI à Jakarta, a cependant prôné la méfiance quant aux effets de la normalisation de la politique monétaire sur la stabilité financière, et ceux des progrès technologiques sur l'emploi.

Les pays d'Asie du Sud-Est se préparent à faire face à des taux d'intérêt plus élevés dans certains pays avancés, notamment aux Etats-Unis et en Europe, a dit Lagarde, invitant les décideurs à rester vigilants quant à la dégradation de la stabilité financière et la volatilité des flux de capitaux. «Nous savons depuis un moment que cela va se produire, mais l'incertitude demeure concernant l'impact sur les sociétés, l'emploi et les salaires», a-t-elle expliqué.

Il faut que les pays de l'Asie du Sud-Est adoptent de nouveaux modèles de croissance économique, tournés davantage vers les demandes domestiques, les échanges régionaux et la diversification économique. Ces pays doivent préparer davantage leurs employés aux changements technologiques, tels que l'automatisation et l'intelligence artificielle, qui pourraient affecter l'emploi mais comportent des avantages.

«D'une manière ou d'une autre, l'emploi va être affecté», a déclaré Lagarde. «Certains emplois vont disparaître, mais un plus grand nombre va être affecté par l'automatisation, alors nous devons réfléchir à l'évolution du travail.» La directrice du FMI n'a pas préconisé de solution unique. Chaque pays doit trouver sa propre voie, a-t-elle souligné.

Hausse des prévisions

En janvier, le Fonds a revu une nouvelle fois en hausse ses prévisions pour l'économie mondiale au vu de l'accélération de la dynamique de croissance à l'oeuvre depuis la mi-2016, mais aussi de l'impact positif attendu à court terme de la réforme fiscale américaine. Les économistes du FMI anticipent une croissance de 3,9% cette année et en 2019, soit 0,2 point de plus que dans leurs perspectives économiques d'automne publiées en octobre. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!