France: Le FN condamné à détruire des tracts montrant un projet de mosquée
Actualisé

FranceLe FN condamné à détruire des tracts montrant un projet de mosquée

La justice française a condamné mardi le Front National (FN), principal parti d'extrême droite du pays, à détruire des tracts reproduisant une maquette de la future grande mosquée de Marseille (sud-est) qui ont été diffusés dans le centre-ville.

Assigné en justice par les trois architectes chargés de construire l'édifice religieux, pour usurpation du droit de propriété intellectuelle et moral sur leur oeuvre architecturale, le FN a été «condamné à détruire par tous les moyens de son choix» les tracts qui reproduisaient le dessin figurant dans le dossier de permis de construire.

Le FN s'est par ailleurs vu interdire «la réutilisation des plans, études et dessins» réalisés par les architectes sur quelque support que ce soit et par quelque media sous peine d'une astreinte de 1000 euros par infraction constatée.

Le parti d'extrême droite qui mène campagne contre la construction de cette future «mosquée-cathédrale» devra en outre verser 1500 euros au titre des frais de justice. Le projet de la grande mosquée de Marseille, deuxième ville française, dont un quart de la population (200 000 personnes) est de confession musulmane, a fait l'objet d'un permis de construire délivré le mois dernier par la mairie.

Dotée d'un minaret de 25 mètres, l'édifice de pierre blanche disposera d'une des plus grandes salles de prière en Europe avec une superficie de 3500 m2 permettant d'accueillir 7000 personnes.

La pose de la première pierre est prévue pour avril 2010 et l'inauguration est envisagée pour la fête de l'Aïd en novembre 2011. Les musulmans disposent à Marseille de 63 lieux de culte, souvent des mosquées de fortune, dispersés dans toute l'agglomération. Le Front National qui s'est réjoui du refus par les Suisses de nouveaux minarets lors d'un référendum le mois dernier, a fait de ce projet de mosquée son cheval de bataille de campagne pour les élections régionales à Marseille. (afp)

Ton opinion