Bienne: Le forcené reste introuvable
Actualisé

BienneLe forcené reste introuvable

La police court toujours derrière le forcené de Bienne. Dimanche matin, tout était très calme dans le quartier des Tilleuls et dans la forêt alentours.

«Le fuyard n'a pas reparu, il n'y a rien de nouveau. Nous sommes toutefois en train d'examiner diverses pistes», a déclaré Franklin Cooper de la police Jura bernois-Seeland contacté dimanche à 05h15 par l'ATS. «Vous comprendrez que je ne peux en dire plus pour des raisons de sécurité».

Grâce au journal intime qu'il a tenu, la police a pu mieux cerner la personnalité du fuyard, un homme intelligent, perfectionniste mais se sentant menacé et persécuté. L'homme de 67 ans y déclare sa haine de l'Etat et retrace dans le détail son combat contre les autorités et les forces de l'ordre.

Comme dans un film

«Il s'est préparé depuis des années à un conflit armé avec la police», a expliqué hier devant la presse Matthias Herter, chef du groupe de négociations de la police cantonale bernoise. Il a précisé que la police n'avait jamais été confrontée à cette situation que l'on ne voit d'ordinaire que dans des films.

Dans le quartier, le nombre de policiers en uniforme a été réduit au profit d'agents en civil. En outre, des membres des autorités ont pris des mesures de précaution, par exemple en ne dormant plus à leur domicile pour l'instant.

Depuis mercredi

Agé de 67 ans, le forcené nargue les forces de l'ordre depuis mercredi en fin de matinée. Il s'était alors barricadé chez lui, s'opposant à la mise aux enchères forcée de sa maison.

Quelques heures plus tard, il blesse grièvement un policier en lui tirant dessus et prend la fuite. Il revient la nuit suivante vers son domicile, tire sur les policiers sans faire de blessé, puis s'éclipse à nouveau. Depuis, il reste introuvable.

(ats)

Ton opinion