Tueries de Toulouse: Le frère confirme la piste du troisième homme
Actualisé

Tueries de ToulouseLe frère confirme la piste du troisième homme

L'existence d'un autre complice dans les tueries de Toulouse se confirme. Abdelkader, le frère de Mohamed Merah, l'a lui-même confié aux enquêteurs.

par
dmz

Selon «Le Parisien», Abdelkader Merah, le frère du tueur de Toulouse et Montauban, aurait confirmé à la police de Bordeaux l'existence d'un autre complice. Incarcéré pour complicité d'assassinats, il a expliqué à la police être accompagné de Mohamed et d'un autre homme lors du vol du deux-roues qui a servi aux meurtres, le 6 mars dernier. Le quotidien précise toutefois qu'Abdelkader s'est refusé à donner son nom.

Les circonstances précisées

Vidéo de l'assaut final de Mohamed Merah
Une vidéo de Mohamed Merah

Le frère Merah a donné un peu plus de détails sur la façon dont le scooter a été dérobé. Mohamed serait rapidement sorti de la voiture où se trouvaient les trois hommes, avant de s'emparer du «T-Max».

La police a également fait une découverte de taille. Une Renault Clio blanche, déclarée volée, a été retrouvée à Toulouse, près du domicile de Mohamed Merah. A l'intérieur, un carénage de scooter Yamaha «T-Max» et un casque sombre.

Les vidéos de Merah racontées par «RMC»

La radio française «RMC» a pu se procurer des informations sur les vidéos tournées par Merah lui-même lors de ses tueries. Il s'agirait des mêmes images que celles envoyées à Al-Jazeera.

Selon elle: «D'après une source policière qui a eu accès à la vidéo, on y voit d'abord les mains du tueur, gantées et posées sur le guidon d'un scooter. Puis vient la première scène de crime, qui a lieu le 11 mars à Toulouse. On entend la voix du motard, qui interpelle un homme et lui demande s'il est militaire. Puis il s'approche de lui et l'abat.»

«La séquence suivante montre l'homme de nouveau sur sa moto. La caméra filme encore ses mains. Impossible d'identifier clairement la route empruntée. S'ensuit un nouveau montage, assez professionnel selon des enquêteurs, qui conduit à la deuxième scène de crime. Cette fois, le tireur est devant le distributeur de billets à Montauban, avec les trois militaires de dos. Nous sommes le 15 mars», conclut la radio.

Ton opinion