France: Le frère d'un kamikaze du Bataclan condamné
Actualisé

FranceLe frère d'un kamikaze du Bataclan condamné

Karim Mohamed-Aggad a été jugé mercredi à Paris. Il écope de neuf ans de prison ferme.

1 / 79
La police belge a procédé à cinq interpellations à Bruxelles dans le cadre de l'enquête liée aux attentats de Paris, entre le dimanche 20 décembre 2015 et le lundi 21 décembre 2015. (lundi 21 décembre 2015)

La police belge a procédé à cinq interpellations à Bruxelles dans le cadre de l'enquête liée aux attentats de Paris, entre le dimanche 20 décembre 2015 et le lundi 21 décembre 2015. (lundi 21 décembre 2015)

AFP
Abdeslam Salah s'est caché dans un buisson d'Aubervilliers durant deux nuits avant de rejoindre la planque de la Seine Saint-Denis où la police a donné l'assaut. (Dimanche 20 décembre 2015).

Abdeslam Salah s'est caché dans un buisson d'Aubervilliers durant deux nuits avant de rejoindre la planque de la Seine Saint-Denis où la police a donné l'assaut. (Dimanche 20 décembre 2015).

Keystone
Deux personnes, qui seraient liées aux attentats de Paris qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés le 13 novembre, ont été arrêtées en Autriche. (Mercredi 16 décembre 2015)

Deux personnes, qui seraient liées aux attentats de Paris qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés le 13 novembre, ont été arrêtées en Autriche. (Mercredi 16 décembre 2015)

Keystone

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné mercredi à neuf ans de prison le frère aîné d'un des tueurs du Bataclan. L'homme était jugé pour avoir reçu un entraînement militaire au sein d'un groupe djihadiste en Syrie.

Au premier jour des débats, Karim Mohamed-Aggad avait demandé un «procès équitable», sans «amalgame». «On choisit ses amis, pas sa famille», avait dit celui dont le petit frère, Foued, a attaqué la salle de spectacle parisienne le 13 novembre 2015,.

Le tribunal a prononcé des peines allant de six à huit ans de prison à l'encontre des six autres prévenus, tous partis de Strasbourg vers la Syrie fin 2013 avant de rentrer en France en ordre dispersé début 2014. Toutes les peines ont été assorties d'une période de sûreté des deux tiers, avec un maintien en détention, et inscription au fichier des auteurs d'infractions terroristes.

Les sept Alsaciens reconnaissaient s'être rendus en Syrie, mais contestaient avoir voulu y mener le djihad armé. Karim Mohamed-Aggad disait avoir eu pour seule intention de combattre le régime de Bachar al Assad.

Le procureur avait requis dix ans de prison, soit la peine maximale encourue, à l'encontre de Karim Mohamed-Aggad et de trois autres prévenus, et huit ans à l'encontre des trois autres. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion