Russie - Le frère d’Alexeï Navalny condamné à 1 an de prison avec sursis
Publié

RussieLe frère d’Alexeï Navalny condamné à 1 an de prison avec sursis

Oleg Navalny a été reconnu coupable vendredi d’avoir appelé les Russes à manifester en soutien à son frère malgré les restrictions sanitaires.

Oleg Navalny (photographié ici aux côtés de la médecin personnelle de son frère Alexeï) a été condamné vendredi par un tribunal moscovite pour avoir incité les Russes à manifester dans la rue pendant la pandémie de Covid.

Oleg Navalny (photographié ici aux côtés de la médecin personnelle de son frère Alexeï) a été condamné vendredi par un tribunal moscovite pour avoir incité les Russes à manifester dans la rue pendant la pandémie de Covid.

REUTERS

Un tribunal russe a condamné vendredi le frère de l’opposant russe Alexeï Navalny à un an de prison avec sursis pour son rôle supposé dans l’organisation de manifestations malgré la pandémie.

Oleg Navalny, 38 ans, était accusé, comme plusieurs autres militants de l’opposition, d’avoir appelé les Russes à manifester en soutien à Alexeï Navalny, arrêté à son retour en Russie en janvier après un empoisonnement dont il accuse le Kremlin.

Le tribunal Preobrajenski de Moscou l’a reconnu coupable d’incitation à la violation des règles sanitaires interdisant les rassemblements à cause du Covid-19. Il a été «condamné à un an de prison avec sursis», a indiqué sur Twitter son avocat Nikos Paraskevov.

Un autre allié d’Alexeï Navalny, Nikolaï Liaskine, 39 ans, a été condamné vendredi à un an de restriction de ses déplacements pour les mêmes motifs. Il s’est notamment vu interdire de sortir de la maison entre 22 h et 6 h, ainsi que de participer à des manifestations et de quitter Moscou.

Proches de Navalny visés

Mardi, une proche de l’opposant, Liobov Sobol, avait été la première à être condamnée pour cette «affaire sanitaire».

D’autres alliés d’Alexeï Navalny devraient suivre, dont sa porte-parole, Kira Iarmych, le coordinateur de son équipe à Moscou Oleg Stepanov ou encore Anastassia Vassilieva, à la tête d’un syndicat de médecins lié à l’opposant.

Militant anticorruption et ennemi juré du Kremlin, Alexeï Navalny purge actuellement une peine de prison de deux ans et demi pour une affaire de fraude remontant à 2014.

Les autorités russes se sont attelées ces derniers mois au démantèlement de son réseau avec notamment le classement de ses organisations comme «extrémistes» par la justice et le blocage de dizaines de sites qui lui sont liés. De nombreux médias indépendants et d’opposition ont aussi maille à partir avec la justice russe.

Les organisations de Navalny officiellement interdites en Russie

Les organisations de l’opposant emprisonné, désignées comme «extrémistes» par la justice russe en juin, ont été officiellement placées vendredi sur la liste des organisations interdites en Russie. Selon cette liste, le Fonds de lutte contre la corruption (FBK) d’Alexeï Navalny et ses bureaux régionaux y ont rejoint notamment le mouvement Témoins de Jéhovah, le Parti national bolchevik russe ou encore un groupe religieux l’Ordre noble du Diable. Le Fonds de lutte contre la corruption (FBK) est connu pour ses enquêtes retentissantes sur le train de vie et les malversations des élites russes, alors que les bureaux régionaux d’Alexeï Navalny s’occupent d’organiser les manifestations et des campagnes électorales.

(AFP)

Ton opinion