Wawrinka insulté: Le frère de Nick Kyrgios viré d'une interview radio
Actualisé

Wawrinka insultéLe frère de Nick Kyrgios viré d'une interview radio

Vendredi, l'aîné du tennisman australien a ajouté de l'huile sur le feu à la suite de l'altercation le mettant aux prises la veille avec Wawrinka.

par
Oliver Dufour

Après l'amende de 10'000 dollars américains infligée à Nick Kyrgios et les excuses publiques et personnelles à Stan Wawrinka du fougueux Australien pour ses propos insultants, on pensait l'affaire enterrée. Kyrgios a encore fait amende honorable vendredi sur Twitter, lors d'une séance d'échange de messages avec ses fans – mais aussi avec ses nombreux détracteurs et quelques provocateurs. Le 41e joueur mondial, qui avait marmonné des propos déplacés à l'attention du joueur vaudois, faisant référence à une liaison qu'entretiendrait le No 2 suisse avec la joueuse croate Donna Vekic (19 ans), a juré qu'il «n'y aura pas de prochaine fois. J'ai retenu la leçon.»

Mais c'était compter sans Christos Kyrgios, frère aîné de Nick. Invité à s'exprimer par téléphone sur les ondes de la chaîne australienne Triple M, vendredi matin, l'homme âgé de 27 ans a dérapé à son tour en voulant défendre son frère de 20 ans. «Lorsque vous calomniez quelqu'un après un match, vous pouvez vous attendre à vous ramasser quelques insultes la prochaine fois que vous l'affronterez», a commencé Christos Kyrgios. Il faisait référence à des propos tenus par Wawrinka, plus tôt cette année, accusant Nick Kyrgios d'avoir feint une blessure au tournoi sur gazon du Queen's.

Lorsque l'animateur Matty Johns a souligné que la différence ici était que des «tierces personnes innocentes» avaient été impliquées, en l'occurrence Donna Vekic et le joueur compatriote et ami de Kyrgios, Thanasi Kokkinakis (19 ans), Christos Kyrgios a riposté avec des propos jugés outranciers par la chaîne de radio. Ils ont donc été coupés lors de la diffusion de l'émission. Sur son compte Facebook, Christos Kyrgios a fait référence à cet incident, avant d'effacer ses propos un peu plus tard. «Je viens de faire une interview pour Nick. J'ai dit que Donna (ndlr: Vekic) aimait «The Kokk», alors ils ont coupé mon interview et dit que c'était la pire chose qu'ils avaient jamais entendue sur les ondes.»

Le double sens de «The Kokk»

«The Kokk» pouvait faire référence à Thanasi Kokkinakis, dont c'est le surnom, mais également phonétiquement à «cock», qui , en anglais, est aussi un mot d'argot désignant le pénis. C'est cette deuxième interprétation, très dégradante pour Vekic, que Triple M a entendue et a donc décidé de couper au montage, en s'excusant auprès de ses auditeurs. L'aîné des Kyrgios s'est encore lâché sur le réseau social en clamant que son jeune frère avait été agressé par Wawrinka dans les vestiaires après leur match. «Ce connard est chanceux que je n'aie pas été présent, sans quoi il aurait dû se retirer de quelques prochains tournois. Il a mis ses mains sur Nick. Il l'a saisi et lui a dit plein de merdes insultantes. J'ai étudié le droit et cette merde c'est des insultes, mec.» Lors de sa brève interview sur le court après son match gagné par forfait contre Wawrinka, Nick Kyrgios avait aussi affirmé avoir été provoqué par le Vaudois. Aucun enregistrement n'a toutefois jusqu'ici révélé les paroles du 5e joueur mondial.

Entre-temps, Nick Kyrgios a été éliminé du tournoi de Montréal par l'Américain John Isner (7-5 6-3), à qui il cède la place en quarts de finale. L'Australien a été conspué par une partie du public à son entrée sur le court. Impliqués dans cette affaire à leur insu, Donna Vekic et Thanasi Kokkinakis n'ont pour leur part pas verbalement réagi. La jeune Croate, également très proche du 76e joueur mondial, avec qui elle a disputé quelques doubles mixtes l'an dernier, a simplement «retweeté» les réactions postées à chaud par Stan Wawrinka sur Twitter. Quant à «The Kokk», il semble suivre le conseil distillé par son père, Trevor, au journal «The Advertiser»: «Quelquefois le fait de ne rien dire en dit bien plus que de faire une déclaration publique.»

Twitter, @Oliver_Dufour

Ton opinion