Tueries de Toulouse: Le frère du tueur devant un juge dimanche

Actualisé

Tueries de ToulouseLe frère du tueur devant un juge dimanche

Abdelkader Merah va être présenté à un juge antiterroriste dimanche. Sa compagne a été relâchée après quatre jours de garde à vue.

Abdelkader Merah, le frère de l'auteur des tueries du sud-ouest de la France qui ont bouleversé le pays, va être déféré dimanche devant un juge antiterroriste, a annoncé l'avocat de sa compagne qui elle a été libérée au terme de quatre jours de garde à vue. «C'est un soulagement pour elle mais elle est également effondrée car son mari va être déféré», a déclaré à l'AFP l'avocat de cette femme Me Guy Debuisson. «En fonction des éléments qui ressortent de l'enquête, il parait évident que le mari a les plus grandes chances d'être incarcéré», a-t-il ajouté.

Le couple avait été interpellé à son domicile mercredi à Auterive, à 40 km de Toulouse. Ils ont été transférés samedi au siège de la Sous-direction antiterroriste à Levallois-Perret (près de Paris).

Durant les auditions, Abdelkedar Merah, 29 ans, réputé engagé de longue date dans l'islam radical, s'est dit «fier» des actes de son cadet, un délinquant de 23 ans reconverti en moujahid passé par l'Afghanistan et le Pakistan et se réclamant d'Al-Qaïda, a indiqué une source policière. Mais il a nié l'avoir aidé à abattre froidement trois enfants et un enseignant juifs et trois militaires entre le 11 et le 19 mars à Toulouse et Montauban.

Mohamed Merah vraiment seul?

Mohamed Merah était seul quand il a tué ses victimes. Mais la police cherche à savoir si son frère lui a apporté une aide financière ou logistique. Selon une source policière, l'aîné a notamment fait, pour le compte de son cadet, des achats dont il reste à déterminer la nature.

Il était présent au moment du vol du puissant scooter avec lequel le tueur circulait lorsqu'il a tué ses victimes. Une complicité pourrait lui être reprochée pour ce vol, selon une source policière.

Il a aussi affirmé avoir accompagné son frère chez le concessionnaire Yamaha, où il s'était rendu le 6 mars pour demander en vain comment désactiver le système de géolocalisation du deux roues. Sa compagne «découvre la vie secrète d'un homme», a commenté son avocat. (afp)

Ton opinion