Le Fri-Son s'est transformé
Actualisé

Le Fri-Son s'est transformé

Petites lunettes noires et vêtements branchés pour assister à la merveilleuse performance du couple le plus cintré de la musique électronique au Fri-Son.

Tout est parfaitement mis en place dans la salle afin de pleinement ressentir la musique de Matmos. Lumière rouge et sièges afin de créer une ambiance feutrée. Les premières images arrivent ensuite sur l'écran: deux mains triturant un amas de viande afin d'y découvrir une rose rappelant immédiatement le titre de leur dernier album, «The Rose Has Teeth In The Mouth Of A Beast».

Au fur et à mesure que les images défilent, le public prend conscience, interloqué, que le morceau de viande se révèle être un appareil génital bovin... Puis le son accompagnateur ressemble à un ensemble de cuivres barré.

La présence de la harpiste Zeena Parkins apporte une touche heavy sur certains morceaux, transformant la performance en moment de gloire bruitiste. Un des points forts fut lorsque M.C. Schmidt se mit à faire fondre de la glace avec des baguettes brûlantes, provoquant un bruit strident, le tout filmé au cœur de l'action par un troisième musicien.

Mais le groupe sait aussi s'éloigner des terrains abrupts afin de livrer des titres à forte vocation dansante. Avec ce concert, Matmos prouve qu'expérimentations sonores n'aboutissent pas forcément à un concert pseudo-intello et stérile, mais à un condensé de compositions électroniques cohérentes. Un pur moment de bonheur!

Jerôme Burgener

Ton opinion