Alimentation: Le fromage suisse s'exporte bien

Actualisé

AlimentationLe fromage suisse s'exporte bien

Malgré un environnement économique difficile, la Suisse a exporté, en 2013, 68'009 tonnes de fromages, ce qui représente une hausse de 1,7% par rapport à 2012.

Depuis 2007 et la libéralisation du marché du fromage, les exportations, qui plafonnaient à l'époque à 59'303 tonnes, ont augmenté régulièrement. «Si les accords bilatéraux tombaient, il faudrait certainement s'attendre à une légère baisse des exportations», explique à l'ats Manuela Sonderegger, porte-parole de Switzerland Cheese Marketing AG (SCM).

Image de la Suisse

La votation de dimanche pourrait également avoir un effet secondaire négatif, selon Manuela Sonderegger. «Notre fromage est fortement lié à l'image de la Suisse. Si cette image devait pâlir, cela pourrait avoir une influence sur les ventes». Il est cependant trop tôt pour évaluer de façon précise les conséquences pour le marché du fromage, ajoute la porte-parole.

L'Europe reste en effet le client numéro des fromagers suisses. Elle consomme plus de 80% de leur production, l'Allemagne arrivant largement en tête avec 30'121 tonnes, suivi de l'Italie et de la France, selon les chiffres publiés mercredi par SCM et TSM Treuhand.

L'Emmentaler AOC (16'870 tonnes), le Gruyère AOP (12'207 tonnes) et l'Appenzeller (5'185 tonnes) restent les favoris des consommateurs et représentent à eux seuls plus de la moitié des exportations.

Certains produits comme le Raclette ( 12%) ou la fondue prête à l'emploi ( 9,7%) ont connu de fortes progressions. Le bilan est par contre moins bon pour l'emmentaler commun (-5,6%), les fromages frais (-14,3%), les pâtes molles (-8,2%) ou le Vacherin Mont d'Or AOP (-16,7%).

Fromage bon marché en hausse

La libéralisation du marché du fromage se traduit également par une augmentation régulière des importations. Par rapport à 2012, la hausse est est de 2,5%, atteignant 52'133 tonnes. Là aussi, les principaux échanges ont été effectués avec les pays directement voisins.

La hausse des importations est en grande partie imputable à l'Allemagne, selon la SCM. En effet, avec une augmentation de 11,8% par rapport à l'année précédente, les fromages allemands «bon marché» se distinguent. Ils sont vendus principalement par le canal des hôtels, des restaurants, des cantines et dans l'industrie alimentaire. (ats)

Ton opinion