Actualisé

Genève«Le frontalier est toujours le dindon de la farce»

La modification d'un horaire de train empêchera de nombreux résidents français, révoltés, de regagner leur domicile à une heure raisonnable.

par
Lucie Fehlbaum/jef
L'horaire modifié sera valable en tout cas tout 2018. Pour l'année 2019, la décision est à prendre avec le Conseil régional.

L'horaire modifié sera valable en tout cas tout 2018. Pour l'année 2019, la décision est à prendre avec le Conseil régional.

DR

«On voudrait remettre les frontaliers dans leurs voitures qu'on ne s'y prendrait pas autrement!» Catherine Armand, conseillère municipale à Chêne-Bougeries, est remontée. Le TER qui relie Genève à Bellegarde offrait pour l'instant un départ à 19h29. Un horaire «pratique pour ceux qui travaillent dans des commerces fermant à 19h». Dès décembre, ce train partira à 19h14, pour cause de travaux à Cornavin. Impossible d'y monter sans travailler à proximité directe de la gare. Ceux qui ne pourront plus l'attraper arriveront chez eux par le train suivant, soit à 21h. Compliqué pour les parents de jeunes enfants.

«Ce nouvel horaire est uniquement fait pour les employés de bureau», déplore Cécile, résidente de Bellegarde. Furieuse, elle a appris la nouvelle par les douaniers suisses. «Aucune fiche n'a été distribuée par la SNCF, qui ne joue pas le jeu de la mobilité du Grand Genève.»

Ce sont pourtant les CFF qui ont imposé cette modification. «La rénovation de la ligne Genève-La Plaine, organisée par la Suisse, nécessite des changements, explique Maxence Duvaut, de la SNCF. Elle rallonge les trajets de 5 à 15 minutes. Nous avons fait au mieux pour adapter les horaires en conservant, notamment, les correspondances depuis Bellegarde pour toute la Haute-Savoie.» Une perte de voyageurs, au profit de l'automobile, est envisagée par la compagnie ferroviaire française. Qui ne sait pas si les choses reviendront à la normale une fois les travaux finis, en 2019. «Nous expliquerons bientôt tout cela sur les fiches horaires du trajet concerné.»

«Pourquoi ne pas pousser tous les trains CFF pour La Plaine jusqu'à Bellegarde, comme c'était le cas il y a encore quelques années? s'interroge Cécile. Je n'aurais aucun problème à payer un abonnement suisse. A Genève, on reproche aux frontaliers d'encombrer les routes. La SNCF nous conseille de prendre notre voiture si on se plaint... Le frontalier est toujours le dindon de la farce.»

L'Etat de Vaud veut conserver sa liaison

La ligne valdo-française reliant Vallorbe à Pontarlier (F) vit aussi des heures sombres. Démarrée en 2012, elle accueillait, au plus fort de son exploitation, jusqu'à 130 frontaliers par jour. Mais, faute de qualité, la ligne est délaissée en Bourgogne-Franche-Comté à cause notamment de grèves et de travaux. La voiture est largement préférée et la France envisagerait de supprimer la liaison ferroviaire. L'Association Transports et Environnement et l'État de Vaud y sont opposés.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!