Actualisé 05.08.2016 à 17:40

LausanneLe futur Parlement vaudois refait parler de lui

Après avoir été critiquée pour son toit, la bâtisse qui accueillera en avril 2017 les élus fait de nouveau jaser. La salle où siègeront députés, ministres, secrétaires de commission, journalistes et public a été redimensionnée... en douce.

von
fnt

Le bâtiment de Perregaux abritait les sessions des députés vaudois en présence des conseillers d'Etat à la place du Château jusqu'en 2002. En mai de cette année, un incendie nocturne dans les lieux, alors en chantier en raison de rénovations, détruisit l'honorable édifice.

Quatorze ans et quelques oppositions puis changements architecturaux plus tard, le nouveau Parlement vaudois devrait être inauguré en avril 2017. Mais outre le fait que les députés orateurs devront y retrouver l'habitude de se rendre au perchoir pour prendre la parole (et non plus depuis leurs places), on apprend dans un article du journal «Le Temps» fin juillet, que la réduction de volume du toit, par rapport au projet initial, a eu pour effet collatéral de réduire la surface de la salle. On passe de 306m2 à 291, soit 15 m2 de perdus. Il a donc fallu redessiner les plans, avec des conséquences: il n'y aura plus qu'une allée centrale entre les élus, au lieu de deux. Quant aux secrétaires de commission, par manque de place, ils devront alors travailler hors de la salle durant les sessions comme le relève ce vendredi «24 heures».

Autres victimes, les journalistes parlementaires, qui perdent les six places pourtant prévues au fond de l'hémicycle, comme en attestent les plans architecturaux qui ont été adoptés par les députés en novembre 2012. Le département de Pascal Broulis souhaite désormais les reléguer à la tribune du public, déjà réalisée, à l'étage, mais elle aussi réduite de taille... Dans «Le Temps» et «24 heures», il est souligné que des journalistes vaudois se mobilisent actuellement afin de conserver de bonnes conditions de travail dans le nouveau Parlement vaudois; ils ont découvert ces modifications et leurs conséquences par hasard, sans aucun avertissement de la part du Conseil d'Etat qui dirige ces travaux. Et certains députés s'étonnent d'avoir adopté des plans architecturaux qui ont ensuite été modifiés sans en avoir été avertis clairement.

«Les mensonges et manoeuvres à répétition de Pascal Broulis...»

Député et conseiller municipal à l'Exécutif de la ville de Vevey (VD) sous la bannière Vevey Libre, Jérôme Christen a vertement commenté en réaction, vendredi matin, sur le profil Facebook d'un journaliste ces changements intervenus dans le chantier en phase finale du parlement vaudois. En voici la teneur:

«Après les mensonges et manoeuvres à répétition de Pascal Broulis et Anne-Catherine Lyon dans le processus de réalisation du futur Musée des Beaux Arts, il ressort que le ministre vaudois des finances et du patrimoine poursuit sur la voie des "bobards" avec la reconstruction du parlement. La salle est réduite de 15 m2 sans que cela soit explicitement formulé dans le projet de décret. Pire: le plan de la salle figurant dans le dossier adopté en 2012 n'est pas celui du projet actuellement réalisé.

Les députés ont donc été clairement induits en erreur. La conséquence n'est pas négligeable sur le plan symbolique: c'est la presse qui se voit écartée de la salle et reléguée avec le public. Si aucune solution n'est trouvée, cela ne lui permettrait plus d'être en contact direct avec les député-es. Les responsables du dossier seraient bien inspirés de remédier à ce problème en revoyant les aménagements si c'est encore possible. La commission en charge du dossier avait en effet lourdement insisté sur la place des journalistes dans ce bâtiment et même obtenu des garanties.

Quant au partage de l'hémycle en deux, il en dit long sur la vision politique réduite à deux camps de ceux qui ont admis ce changement encore une fois sans le communiquer aux députés qui se sont fondés sur les plans présentés. Pas grave en soi, on s'en accommodera, mais invraisemblable lorsqu'on dépense 20 millions pour un projet de cette dimension qui a pris énormément de temps à éclore.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!