Actualisé 14.03.2009 à 17:29

Crise économiqueLe G20 promet un «effort soutenu» de relance de la croissance

Les ministres des Finances des pays du G20 ont promis samedi de s'engager dans un «effort soutenu» pour relancer la croissance mise à mal par la crise du crédit.

La réunion s'est tenue en prévision du sommet des chefs d'Etat du G20 prévu le 2 avril à Londres.

«Nous sommes déterminés à consentir l'effort soutenu nécessaire pour rétablir la croissance», lit-on dans le communiqué du G20 publié à l'issue de discussions entre les ministres des Finances et les banquiers centraux du groupe.

Optimisme allemand

La chancelière allemande Angela Merkel s'est dite samedi «très optimiste» sur les chances de parvenir à un accord, notamment avec les Etats-Unis lors du prochain sommet du G20 à Londres. Selon elle, l'idée d'un plan de relance budgétaire coordonné au niveau international est écartée.

«Je dois dire que je suis très positive, très optimiste pour dire que nous parviendrons à un accord avec les Etats-Unis, avec les économies émergentes comme la Chine et l'Inde», a déclaré Mme Merkel lors d'une conférence commune avec son homologue britannique Gordon Brown.

«Nous devrons déboucher sur des résultats substantiels» lors de ce sommet du 2 avril, a-t-elle ajouté à l'issue d'entretiens à Downing Street avec M. Brown. «Ce sommet enverra au monde un signal positif pour dire que nous voulons soutenir la croissance», a-t-elle ajouté.

Des divergences sont apparues ces dernières semaines entre les Etats-Unis et l'Europe sur les moyens de relancer l'économie mondiale. Washington réclame des autres pays de nouveaux plans de relance, ce à quoi Paris et Berlin notamment s'opposent.

Mme Merkel a estimé que ce genre de plan «se décidait à la maison», et non au niveau mondial. Elle suggère d'attendre de voir les effets de mesures budgétaires déjà décidées dans plusieurs pays avant de décider de réinjecter de l'argent dans l'économie.

La chancelière a rappelé que le plan de relance allemand représentait 4,2% du Produit intérieur brut (PIB) de la principale économie d'Europe. L'administration américaine a suggéré aux autres pays des plans de relance de 2% de leur Produit intérieur brut (PIB) pour combattre la crise.

Régler le problème des hedge funds

M. Brown s'est lui aussi dit confiant dans le succès du prochain sommet, qui pourrait être marqué selon lui par des avancées dans le domaine de la régulation financière internationale, notamment les «hedge funds» (fonds spéculatifs) montrés du doigt pour leur rôle dans la crise mondiale actuelle.

La rencontre Merkel-Brown à Downing Street est intervenue au moment où les ministres des Finances et banquiers centraux des pays du G20 sont réunis au sud de Londres pour tenter de trouver une position commune sur les moyens de relancer l'économie mondiale.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!