Valais - Le gardien de prison qui dormait sur sa chaise longue
Publié

ValaisLe gardien de prison qui dormait sur sa chaise longue

Le Tribunal fédéral a confirmé le licenciement d’un gardien de prison, surpris en train de dormir durant son service de nuit.

Les faits se sont déroulés à la Prison de Crêtelongue.

Les faits se sont déroulés à la Prison de Crêtelongue.

LMS

Dans un arrêt publié mercredi, le Tribunal fédéral a rejeté le recours d’un gardien de prison valaisanne, qui contestait un licenciement pour faute grave. La justice a confirmé que l’employé violait ses devoirs de loyauté et de fidélité, en dormant durant son service de nuit.

Le dormeur avait été découvert en 2018 par des chefs de l’établissement, qui se livraient à une inspection. Les soupçons de ces derniers ont été confirmés lorsqu’ils ont retrouvé l’intéressé enfermé dans une salle de conférence, seul dans le noir, alors qu’il aurait dû surveiller la ronde extérieure de son collègue. Quand il leur a ouvert la porte, ils ont pu constater qu’une chaise longue, des coussins et une couverture avaient été installés par le veilleur de nuit. Les responsables ont également découvert le rapport de poste de l’employé rempli et signé à l’avance.

Un manège qui durait depuis huit ans

Le gardien a justifié ce manquement par un récent problème personnel, qui l’avait empêché de dormir les jours précédents. Il a assuré qu’il s’agissait d’un événement isolé. Or, il est apparu par la suite que depuis huit ans, le prévenu rangeait en fait une chaise longue derrière l’une des armoires de son lieu de travail.

L’employé a été licencié quelques jours après avoir été découvert. Mais il a fait opposition à cette mesure. Dans son recours il a, entre autre, dénoncé l’absence de surveillance de son employeur, ainsi que des mauvaises conditions de travail. Il a notamment reproché à l’établissement la pénibilité d’un service qui dure 13 heures, l’absence de vidéosurveillance, et l’absence de pauses. Mais la justice a toutefois estimé que ces éléments ne pouvaient justifier un tel manquement professionnel, et a confirmé l’effet immédiat de son licenciement.

(gmo)

Ton opinion