Actualisé 27.01.2011 à 18:15

Patinage artistique

Le Genevois Laurent Alvarez surprend à Berne

Le Genevois Laurent Alvarez et le Sédunois Stéphane Walker se sont qualifiés pour le libre de samedi en sortant respectivement 16e et 24e du programme court aux Européens de Berne.

Laurent Alvarez: «Ce n'est pas le programme de mes rêves, mais je suis content».

Laurent Alvarez: «Ce n'est pas le programme de mes rêves, mais je suis content».

Ce n'est pas aujourd'hui que la Suisse peut présenter un successeur à Stéphane Lambiel, mais la génération en lice à Berne se défend vaillamment. Pour ses débuts internationaux en élite, Alvarez (20 ans) a battu de 10 points tout rond son record personnel (avec 56,64), en passant d'entrée de jeu son triple axel, malgré un accroc à la réception. «Ce n'est pas le programme de mes rêves, mais je suis content», a dit le vice-champion de Suisse. «J'ai franchi le cap du programme court, c'était mon premier but.»

Même s'il doit encore apprendre à mieux se lâcher pour exprimer son tempérament, Alvarez possède une certaine aisance artistique, la «patte» de Peter Grütter et Salomé Brunner. Il a aussi eu la sagesse d'opter au dernier moment pour une combinaison triple salchow - triple boucle piqué, moins difficile que celle prévue initialement.

Stéphane Walker, néophyte de 20 ans lui aussi, a totalisé 49,74 points et s'est emparé de la dernière place qualificative pour le libre. «J'ai atteint mon objectif minimum, mais je veux montrer davantage samedi», a confié le Valaisan entraîné à Neuchâtel par Myriam Loriol. Walker doit notamment progresser en vitesse et se donner plus de marge dans ses sauts.

Les jeunes aux commandes

Les champions établis comme Tomas Verner (5e) et Brian Joubert (7e) sont à la peine. Florent Amodio, 20 ans, mène devant le Tchèque Michal Brezina, 20 ans également, et le Russe de 17 ans Artur Gachinski, révélation de ce programme court. Tout reste ouvert cependant puisque les sept premiers sont séparés par moins de huit points, entre les 78,11 d'Amodio et les 70,44 de Joubert.

Si ce dernier, qui a chuté jeudi, n'a pas dit son dernier mot, Amodio sera difficile à déloger tant sa production a paru fluide. Il ne possède pas un grand répertoire technique mais ses programmes plaisent au public. Le jeune talent tricolore né au Brésil devra capitaliser sur son petit avantage face à ses camarades de promotion Brezina, au pied du podium européen et mondial l'an dernier, et Gachinski, dont la souplesse de liane rappelle celle d'Evgeny Plushenko. L'adolescent russe, qui a passé un quadruple en combinaison, a eu le malheur de voir les juges lui donner un zéro pointé pour une de ses pirouettes, non conforme. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!