Actualisé 12.06.2012 à 17:36

Finance genevoiseLe GIGN arrête deux «corbeaux» de la HSBC

Des maîtres-chanteurs voulaient échanger des documents confidentiels de la banque contre cinq millions d'euros.

de
Raphaël Leroy

Opération coup de poing vendredi soir dans le secteur de Bonneville, en France voisine. Cette nuit-là, plus d'une centaine de gendarmes et de policiers suisses et hexagonaux ont été mobilisés pour mettre fin au chantage de deux individus, âgés de 54 et 46 ans.

Le GIGN intervient

Ces Haut-savoyards sont soupçonnés d'avoir orchestré une tentative d'extorsion auprès de la HSBC de Genève, qui avait porté plainte l'an passé. L'un des malfrats étant un ancien employé de la banque, ils prétendaient détenir des documents confidentiels appartenant à l'établissement et ont tenté de les négocier contre 5 millions d'euros (environ 6 millions de francs).

Mais lors de l'échange de valises, le 8 juin vers 22h30, l'un des maîtres-chanteurs s'est fait cueillir la main dans le sac par les troupes encagoulées du Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN). «Il a eu la peur de sa vie», sourit le procureur genevois en charge de l'affaire, Dario Zanni.

Une pratique rare

La même nuit, cinq autres personnes sont arrêtées, mais une seule est écrouée. «A l'heure actuelle, nous ne savons pas s'ils possédaient réellement les documents», indique Dario Zanni. Interrogés dimanche, les deux prévenus sont restés évasifs.

La HSBC se dit «satisfaite» de la manière dont les polices des deux pays ont mené l'opération. La fondation Genève Place Financière indique, elle, que ce type de chantage reste exceptionnel au bout du lac.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!