Malbouffe: Le goût l'emporte sur l'info
Actualisé

MalbouffeLe goût l'emporte sur l'info

Les messages sur les produits alimentaires ne suffisent pas à lutter contre l'obésité chez les jeunes.

par
Caroline Golsdchmid

Comme le prouve une récente étude menée par «The International Journal of Obesity», le fait que les calories soient affichées sur les menus des fast-foods – en Californie, c'est obligatoire depuis l'an dernier – n'a quasiment aucune influence sur les habitudes alimentaires des moins de 18 ans. L'étude révèle que seuls 9% d'entre eux regardent cette indication au moment de passer commande.

«Les ados sont une mauvaise cible pour l'étiquetage, estime Corinne Kehl Dubois, enseignante à la Haute Ecole de Santé à Genève - filière nutrition et diététique. Ils sont beaucoup plus sensibles au goût et aux coûts. Une solution serait, par exemple, de vendre l'eau moins chère que les sodas.»

Pour Véronique Di Vetta, diététicienne diplômée à la Consultation d'obésité et des troubles du comportement alimentaire au CHUV, «une réflexion est à faire au-delà de la quantité ingurgitée». Et il est «préférable de ne pas donner la responsabilité aux consommateurs» de calculer les valeurs nutritionnelles. D'autant que «les données sont très difficiles à lire sur les denrées, poursuit la spécialiste. Les repères nutritionnels journaliers restent le meilleur moyen de renseigner le consommateur. Cela dit, l'étiquetage doit encore être simplifié, uniformisé et réglementé au niveau suisse».

Comme elles permettent la comparaison et obligent les industriels à fournir des produits d'une certaine qualité, les inscriptions restent importantes. Mais «elles ne suffisent pas à elles seules pour lutter contre les problèmes de surpoids», concluent les nutritionnistes. –caroline goldschmid

L'obésité présentée sous forme ludique

Animations vidéo, schémas et panneaux explicatifs... L'exposition «Obésité: enjeux et traitements» est inaugurée ce soir à la Clinique de La Source. «Nous avons cherché à traiter cette thématique pour le moins actuelle de façon accessible et ludique, indique Alison Hick Duvoisin, responsable marketing. L'expo comprend les infos générales sur l'obésité, ses comorbidités, les coûts que cette épidémie engendre, le suivi comportemental à adopter et l'aspect chirurgical.» Selon les prévisions de l'OMS, pas moins de 2,3 milliards d'adultes seront en surpoids d'ici à 2015. Aujourd'hui, ils sont 1,6 milliard.

Du 11 mars au 15 septembre, tous les jours de 10 h à 20 h, Clinique de La Source (av. Vinet 30, Lausanne). Entrée libre.

http://www.lasource.ch/site/pages/default.aspx

Conseils de base pour manger sainement et lutter contre le surpoids

- En lisant l’étiquetage des denrées alimentaires, il y a cinq éléments auxquels il faut être attentif. Il s'agit de la teneur en sucres, en sel, en graisses, en acides gras saturés et du nombre de calories. La quantité de fibres est aussi importante.

- Pour s’alimenter le plus sainement possible, se référer à la pyramide alimentaire ( http://www.sge-ssn.ch/ )

- Manger 5 portions de fruits et légumes par jour.

- Limiter les boissons sucrées du type soda.

- Manger assis et prendre son temps. Plus on mâche la nourriture, moins on va en consommer.

- Pratiquer une activité physique régulière.

Apport nutritif au bon vouloir

Pour respecter la loi ­suisse, l’étiquetage des denrées alimentaires doit mentionner le pays producteur, la dénomination spécifique et les ingrédients allergènes. Quant aux valeurs nutritives et repères nutritionnels journaliers, ils ne sont pas obligatoires mais se retrouvent tout de même sur la plupart des emballages vendus chez nous. Un mode d’étiquetage simplifié et obliga­toire n’a pas encore été arrêté.

Ton opinion