Actualisé 29.01.2011 à 13:23

Soulèvement en Egypte

Le gouvernement égyptien démissionne

L'armée a enjoint samedi matin la population de respecter le couvre-feu à partir de samedi soir et de ne pas se rassembler dans les rues et les places principales.

Le gouvernement égyptien a démissionné, a annoncé samedi la télévision d'Etat, au lendemain de l'annonce par le président Hosni Moubarak de la mise en place d'un nouveau cabinet.

Selon une source aéroportuaire, le chef d'état-major, Sami Anan, est lui rentré en Egypte après avoir écourté une visite aux Etats-Unis.

Le retour du chef d'état-major est intervenu alors que l'armée a imposé un couvre-feu depuis vendredi soir sur trois grandes villes du pays dont Le Caire à la suite d'une journée de manifestations et d'émeutes particulièrement meurtrières à travers le pays. Les émeutes se sont poursuivies dans la nuit malgré le couvre-feu.

Des véhicules militaires étaient déployés samedi matin sur les lieux stratégiques survolés également par des hélicoptères.

Trente cadavres ont été amenés à l'hôpital El Damardach du Caire vendredi entre 13h00 et 23h00, durant les manifestations hostiles à Hosni Moubarak, a indiqué samedi une source hospitalière.

Heurts

Parmi ces corps figuraient ceux de deux enfants âgés de quatre et sept ans, a ajouté cette même source.

Samedi, des milliers de manifestants ont affronté la police à Alexandrie, dans le nord de l'Egypte, et des tirs à balles réelles ont été effectués, a rapporté un journaliste de Reuters sur place.

Le bilan des manifestations contre M. Moubarak s'élève à 20 tués à Alexandrie depuis vendredi, a ajouté ce témoin.

Durée du couvre-feu prolongée

La durée du couvre-feu, décrété vendredi soir pour les trois grandes villes du Caire, Alexandrie et Suez, a été prolongée samedi, entrant désormais en vigueur à 16H00 (14H00 GMT) jusqu'à 08H00 le lendemain, au lieu de 18H00 à 07H00, a annoncé la télévision d'Etat.

Banques et bourse fermées

La bourse du Caire restera fermée dimanche ainsi que les banques, a indiqué samedi la télévision d'Etat, le marché ayant clôturé sur de fortes baisses lors des dernières séances mercredi et jeudi après le début mardi des manifestations contre le régime du président Moubarak.

La bourse du Caire avait clôturé jeudi sur une forte baisse de plus de 10% après une baisse de 6% la veille, accusant des pertes de 70 milliards de livres (EGP), soit environ 12 milliards de dollars, selon la télévision.

La bourse est normalement fermée les vendredi et samedi et rouvre le dimanche. (ats)

Le siège de la Sûreté de l'Etat de la ville égyptienne de Rafah, à la frontière avec la bande de Gaza, a été attaqué samedi lors d'accrochages entre manifestants et policiers qui ont fait trois morts dans les rangs de la police, selon des témoins. Des manifestants bédouins de la région ont jeté des grenades sur le bâtiment, qui était sur le point de s'effondrer, ont indiqué les témoins, au cours d'accrochages armés pendant lesquels la police a fait usage de balles réelles. Non loin des lieux, le terminal frontalier de Rafah, était sous la protection des gardes-frontière égyptiens, ont-ils ajouté.

Le siège de la Sûreté de l'Etat de la ville égyptienne de Rafah, à la frontière avec la bande de Gaza, a été attaqué samedi lors d'accrochages entre manifestants et policiers qui ont fait trois morts dans les rangs de la police, selon des témoins. Des manifestants bédouins de la région ont jeté des grenades sur le bâtiment, qui était sur le point de s'effondrer, ont indiqué les témoins, au cours d'accrochages armés pendant lesquels la police a fait usage de balles réelles. Non loin des lieux, le terminal frontalier de Rafah, était sous la protection des gardes-frontière égyptiens, ont-ils ajouté.

Le siège de la Sûreté de l'Etat de la ville égyptienne de Rafah, à la frontière avec la bande de Gaza, a été attaqué samedi lors d'accrochages entre manifestants et policiers qui ont fait trois morts dans les rangs de la police, selon des témoins. Des manifestants bédouins de la région ont jeté des grenades sur le bâtiment, qui était sur le point de s'effondrer, ont indiqué les témoins, au cours d'accrochages armés pendant lesquels la police a fait usage de balles réelles. Non loin des lieux, le terminal frontalier de Rafah, était sous la protection des gardes-frontière égyptiens, ont-ils ajouté.

Le siège de la Sûreté de l'Etat de la ville égyptienne de Rafah, à la frontière avec la bande de Gaza, a été attaqué samedi lors d'accrochages entre manifestants et policiers qui ont fait trois morts dans les rangs de la police, selon des témoins. Des manifestants bédouins de la région ont jeté des grenades sur le bâtiment, qui était sur le point de s'effondrer, ont indiqué les témoins, au cours d'accrochages armés pendant lesquels la police a fait usage de balles réelles. Non loin des lieux, le terminal frontalier de Rafah, était sous la protection des gardes-frontière égyptiens, ont-ils ajouté.

Le siège de la Sûreté de l'Etat de la ville égyptienne de Rafah, à la frontière avec la bande de Gaza, a été attaqué samedi lors d'accrochages entre manifestants et policiers qui ont fait trois morts dans les rangs de la police, selon des témoins. Des manifestants bédouins de la région ont jeté des grenades sur le bâtiment, qui était sur le point de s'effondrer, ont indiqué les témoins, au cours d'accrochages armés pendant lesquels la police a fait usage de balles réelles. Non loin des lieux, le terminal frontalier de Rafah, était sous la protection des gardes-frontière égyptiens, ont-ils ajouté.

Le siège de la Sûreté de l'Etat de la ville égyptienne de Rafah, à la frontière avec la bande de Gaza, a été attaqué samedi lors d'accrochages entre manifestants et policiers qui ont fait trois morts dans les rangs de la police, selon des témoins. Des manifestants bédouins de la région ont jeté des grenades sur le bâtiment, qui était sur le point de s'effondrer, ont indiqué les témoins, au cours d'accrochages armés pendant lesquels la police a fait usage de balles réelles. Non loin des lieux, le terminal frontalier de Rafah, était sous la protection des gardes-frontière égyptiens, ont-ils ajouté.

Appel à une passation pacifique du pouvoir

Les Frères musulmans, principale force d'opposition en Egypte, ont appelé samedi à une passation pacifique du pouvoir, dans un communiqué, au cinquième jour de manifestations contre le régime du président Hosni Moubarak.

La confrérie a affirmé son soutien au «soulèvement pacifique béni» et appelé à la mise en place d'«un gouvernement de transition sans le Parti national démocrate (au pouvoir) qui organise des élections honnêtes et une passation pacifique du pouvoir».

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!