Belgique: Le gouvernement réduit la dotation de la reine Fabiola
Actualisé

BelgiqueLe gouvernement réduit la dotation de la reine Fabiola

Le Premier ministre socialiste belge Elio Di Rupo a annoncé samedi la réduction dès cette année de la «dotation» de la reine Fabiola, après un tollé public.

La reine avait expliqué que l'argent destiné à sa fondation fait partie de son patrimoine propre.

La reine avait expliqué que l'argent destiné à sa fondation fait partie de son patrimoine propre.

Lors du prochain vote du budget 2013, le Premier ministre proposera au parlement un amendement «pour que la dotation de la reine Fabiola ne puisse pas dépasser le montant de celle du prince Philippe», l'héritier présomptif du trône. «La diminution de la dotation de la reine Fabiola sera dès lors effective dès l'année 2013», a déclaré un porte-parole de M. Di Rupo dans un communiqué, sans plus de précisions sur l'ampleur de la réduction.

«Cette mesure constitue une première étape dans la concrétisation accélérée des réformes concernant les dotations des membres de la famille royale belge», a-t-il ajouté.

La reine Fabiola, 84 ans, avait suscité de vives critiques après avoir crée en septembre dernier une «fondation privée» pour aider ses neveux et des oeuvres catholiques. La fondation controversée sera exclusivement financée par la vente de «biens meubles et de tableaux» hérités de sa famille paternelle espagnole, avait expliqué la reine.

Sans contester le caractère légal de l'opération, la classe politique s'est dite «choquée». Les journaux et les citoyens y ont vu une manière d'éviter les droits de succession de 70% en Belgique, alors que le train de vie de la famille royale fait grincer les dents en ces temps de crise.

Fabiola bénéficie depuis la mort du roi Baudouin en 1993 d'une «dotation» publique annuelle de 1,4 million d'euros, soit près de 27 millions d'euros en vingt ans.

Face aux critiques, M. Di Rupo avait promis une accélération de la réforme déjà prévue des dotations royales, tandis que des parlementaires flamands réclament une limitation des pouvoirs du roi, sur le modèle des monarchies «protocolaires» scandinaves. (afp)

Ton opinion