Brésil – Le gouverneur de Sao Paulo, candidat du centre droit à la présidentielle
Publié

BrésilLe gouverneur de Sao Paulo, candidat du centre droit à la présidentielle

Joao Doria a été désigné par le Parti de la social-démocratie brésilienne pour être son candidat à l’élection présidentielle d’octobre 2022.

Joao Doria (au centre) a recueilli 54% des voix dans son parti, devant le gouverneur du Rio Grande do Sul (sud), Eduardo Leite (45%), et l’ex-maire de Manaus (nord), Arthur Virgilio (1%).

Joao Doria (au centre) a recueilli 54% des voix dans son parti, devant le gouverneur du Rio Grande do Sul (sud), Eduardo Leite (45%), et l’ex-maire de Manaus (nord), Arthur Virgilio (1%).

AFP

Joao Doria, gouverneur de l’État de Sao Paulo, a été choisi samedi par son Parti de la social-démocratie brésilienne (PSDB, centre droit), une des principales formations politiques du Brésil, comme candidat à l’élection présidentielle d’octobre 2022.

Joao Doria, 63 ans, sera l’un des candidats guignant le créneau de la «troisième voie» entre le chef d’État sortant d’extrême droite, Jair Bolsonaro, et le très probable candidat du Parti des travailleurs (PT, gauche), l’ex-président Luiz Inacio Lula da Silva (2003-2010), nettement en tête dans les sondages et qui doit annoncer début 2022 s’il se présente ou non. Joao Doria a recueilli 54% des voix dans son parti, devant le gouverneur du Rio Grande do Sul (sud), Eduardo Leite (45%), et l’ex-maire de Manaus (nord), Arthur Virgilio (1%).

«Nous allons nous unir pour construire le meilleur projet pour le Brésil: un Brésil de prospérité, d’emploi, d’égalité, de répartition des revenus, d’entrepreneuriat, de respect des minorités et de l’environnement», a déclaré le gouverneur de Sao Paulo après sa victoire. «Surtout, un Brésil qui respecte la démocratie», a ajouté Joao Doria, ex-allié de Jair Bolsonaro et désormais féroce opposant.

Le PSDB a été fondé à la fin des années 1980 et est arrivé au pouvoir avec Fernando Henrique Cardoso (1995-2002). Par la suite, ses candidats ont perdu quatre élections consécutives au second tour face au PT, deux contre Lula et deux contre Dilma Rousseff (2011-2016). La principale force d’opposition au PT s’est ensuite effondrée, en ne recueillant que 4% à la présidentielle de 2018, avec comme candidat Geraldo Alckmin. Au second tour, plusieurs figures du PSDB avaient opté pour Jair Bolsonaro au détriment du candidat PT, Fernando Haddad.

L’ancien juge Sergio Moro, icône de la vaste opération anti-corruption Lavage express qui a emprisonné Lula et ex-ministre de la Justice du président Bolsonaro, pourrait lui aussi prétendre à représenter cette troisième voie après avoir rejoint le parti centriste Podemos en novembre. D’autres personnalités ont fait acte de précandidature, comme l’ex-ministre Ciro Gomes (PDT, centre gauche) et le sénateur Alessandro Vieira (Citoyenneté, centre).

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires