Genève: Le Grand Conseil approuve les comptes de l'Etat
Actualisé

GenèveLe Grand Conseil approuve les comptes de l'Etat

Les comptes 2013 du canton de Genève étaient examinés par l'exécutif, jeudi. Le Grand Conseil les a validés vendredi.

Le Grand Conseil genevois a approuvé vendredi par 57 oui, 16 non et 12 abstentions les comptes 2013 de l'Etat de Genève.

Ceux-ci affichent un excédent de 56 millions de francs dû à des facteurs exceptionnels. La dette s'est toutefois creusée à 12,8 milliards.

Le MCG a refusé ces comptes en raison de la progression de la dette de 900 millions due à une insuffisance de financement des investissements. «Notre vote n'est pas seulement technique, il est aussi politique. Il y a tromperie sur le CEVA, le Grand Genève. Les comptes font preuve d'irresponsabilité politique», a déclaré le député MCG François Baertschi, rapporteur de minorité.

Le socialiste Roger Deneys lui a répondu que le MCG avait contribué à ruiner le canton avec ses oppositions au CEVA, le RER genevois. Selon lui, les recours contre la construction de la ligne ont provoqué des retards chiffrés à 400 millions.

Selon le magistrat en charge des Finances Serge Dal Busco, le CEVA n'est pas pour grand-chose dans la hausse de la dette. Celle-ci provient essentiellement de la recapitalisation de la caisse de pension publique et de l'insuffisance de financement des investissements.

Pour un message clair

Le grand argentier a rappelé que les chiffres noirs de 2013 sont dus à des recettes exceptionnelles. Pour mémoire, les revenus fiscaux ont progressé de 218 millions, dont 92 millions de correctifs et de reliquats non planifiés. L'augmentation de l'âge de départ à la retraite des enseignants du primaire a permis la dissolution d'une provision de 50 millions. Le déficit structurel de l'Etat se monte à 100 millions.

La majorité du Grand Conseil a estimé que les états financiers individuels de l'Etat de Genève pour l'année 2013 sont bien tenus et qu'ils ont été dûment vérifiés. La Verte Sophie Forster Carbonnier a enjoint les députés à les approuver, afin d'envoyer un message clair aux agences de notations. A défaut, l'emprunt pourrait devenir plus difficile.

Dans la foulée, le Grand Conseil a aussi approuvé par 51 oui, 24 non et 13 abstentions les comptes consolidés 2013 du canton, qui recouvrent le grand Etat. Le MCG et Ensemble à gauche les ont refusés. Le PS et quelques libéraux radicaux se sont abstenus.

Refus du rapport de gestion

Dans la matinée, les députés ont refusé par 80 voix le rapport de gestion du Conseil d'Etat pour l'année 2013, comme le demandait le rapporteur de la commission des finances. Seul le PDC l'a accepté.

Initié jeudi après-midi, l'examen des 16 politiques publiques du canton a duré plus de neuf heures. Le débat s'est vite mué en un cahier de doléances adressé à la précédente législature par les sept partis au Grand Conseil.

Le gouvernement a pris acte de ce refus. A ses yeux, il reflète davantage les divergences au sein du Parlement. Le conseiller d'Etat Serge Dal Busco a appelé les députés à retrouver une unité afin que des majorités claires se dégagent pour l'avenir du canton. Et de les mettre en garde: «Nous allons passer d'une logique de besoins à une logique de moyens.» (ats)

Ton opinion