Instruction publique: Le Grand Conseil genevois ratifie l'accord HarmoS
Actualisé

Instruction publiqueLe Grand Conseil genevois ratifie l'accord HarmoS

Le Grand Conseil genevois a voté jeudi à une très large majorité l'adhésion du canton à l'accord intercantonal sur l'harmonisation de la scolarité obligatoire (HarmoS).

Dans la foulée, il a ratifié la Convention scolaire romande.

Genève est ainsi le neuvième signataire du concordat HarmoS, qui entrera en vigueur dès lors que dix cantons l'auront accepté. Cet accord vise à faciliter la mobilité en assurant la perméabilité du système éducatif. Il définit des standards de formation et des rythmes d'apprentissage communs.

A Genève, les principales conséquences du concordat HarmoS seront l'extension de l'horaire scolaire et l'apprentissage de l'anglais dès dix ans. L'âge de la scolarité obligatoire, fixé à 4 ans, n'aura que très peu d'impact: plus de 90 % des enfants de quatre et cinq ans sont scolarisés dans le canton.

«Aucun coût»

Seul l'UDC s'est opposée à l'adhésion, notamment à cause de la «perte de contrôle» des parlements cantonaux qui en résulterait. Le parti considère de plus que l'application du concordat serait trop chère pour Genève, un argument balayé par Charles Beer. Le conseiller d'Etat en charge de l'instruction publique estime que «l'opération n'a pratiquement aucun coût».

Dans la foulée, le Grand Conseil a voté l'adhésion du canton à la convention scolaire romande, malgré un deuxième refus de l'UDC. Ce «sous-ensemble» de HarmoS permettra son articulation à l'échelon régional, à travers un plan d'études romand et des moyens d'enseignement et d'évaluation communs.

Enfin, le parlement a avalisé l'accord intercantonal sur la collaboration dans le domaine de la pédagogie spécialisée. L'UDC s'est cette fois rallié à la majorité des députés.

(ats)

Ton opinion