Genève: Le Grand Conseil veut interdire les «thérapies de conversion»
Publié

GenèveLe Grand Conseil veut interdire les «thérapies de conversion»

Une motion des Verts demandant à interdire les pratiques visant à modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’un tiers a été largement acceptée. Vaud pourrait suivre.

par
leo
Pour les Verts genevois, le canton «confirme son rôle de pionnier en matière de droits LGBTIQ+.»

Pour les Verts genevois, le canton «confirme son rôle de pionnier en matière de droits LGBTIQ+.»

Getty Images/iStockphoto

Signal fort à Genève contre les «thérapies de conversion». Les députés du Grand Conseil ont validé à l’unanimité moins une abstention une motion des Verts en ce sens. Le Conseil d’Etat a désormais six mois pour répondre au texte, relatent plusieurs médias. Outre interdire ces pratiques, le texte souhaite la mise sur pied d’un groupe de travail pour préparer une loi. La motion demande également à ce qu’il n’y ait pas de distinction entre les majeurs et les mineurs. Les personnes ayant subi ces «thérapies» doivent de plus disposer d’espaces de reconstruction, ajoute le texte. Celui-ci invite enfin l’exécutif cantonal à contacter les autorités fédérales pour étendre l’interdiction à toute la Suisse.

Avec cette motion, Genève devient le premier canton à se lancer concrètement dans une interdiction. Le canton de Vaud pourrait faire de même prochainement, une motion similaire ayant été déposée mardi au Grand Conseil. Dans un communiqué, les Verts genevois «se félicitent de l’adoption de cette motion qui envoie un message fort de soutien à toute la population LGBTIQ+ et permet de confirmer le leader du Canton de Genève en la matière.» Selon les écologistes, plus de 14’000 personnes en Suisse seraient concernées par les «thérapies de conversion».

Ton opinion