Syngenta : Le groupe bâlois réalise un début d'année favorable
Actualisé

Syngenta Le groupe bâlois réalise un début d'année favorable

Le début de saison s'annonce positif pour le géant agrochimique.

Le géant bâlois

Le géant bâlois

Syngenta a vu son chiffre d'affaires croître de 2% au premier trimestre 2014 à 4,68 milliards de dollars (4,12 milliards de francs). En ligne avec les attentes du marché, le groupe agrochimique bâlois a profité d'un bon début de saison en Europe et du dynamisme des marchés émergents.

Exprimées en monnaies locales, les ventes affichent même une croissance de 5% par rapport aux trois premiers mois de l'an dernier, a indiqué mercredi la multinationale rhénane. La progression se décompose en une hausse de 2% pour les volumes et de 3% pour les relèvements de prix.

«Nous avons réalisé un bon début d'année, malgré des conditions météorologiques défavorables en Amérique du Nord», a précisé le directeur général Mike Mack, cité dans le communiqué. «Pour l'ensemble de l'exercice, nous maintenons notre objectif de croissance des ventes intégrées de 6% à taux de change constants.»

Printemps précoce

Dans le détail, la zone constituée par l'Europe, l'Afrique et le Moyen-Orient a réalisé une croissance de 8% de son chiffre d'affaires, à 2,1 milliards de dollars. La performance provient de la bonne tenue du secteur de la protection des cultures, de la précocité du printemps et d'une forte pression parasitaire.

L'Amérique latine présente une hausse des ventes de 5%, à 595 millions de dollars, en dépit de la sécheresse qui sévit au Brésil et en Argentine. La région Asie-Pacifique a fait légèrement mieux ( 6% à 558 millions), une croissance soutenue à la fois par les marchés développés et émergents.

L'Amérique du Nord a pour sa part évolué à contre-courant avec des ventes trimestrielles en recul de 8% à 1,23 milliard de dollars. Ici, Syngenta a dû composer avec le froid prolongé qui a retardé le début de la saison dans la ceinture du maïs du Middle West aux Etats-Unis (Iowa, Indiana, Illinois et Ohio).

En considérant les divisions, la protection des cultures affiche la meilleure performance, avec une croissance du chiffre d'affaires de 4% à 3,24 milliards de dollars, grâce principalement à l'Europe. Quant à l'activité liée aux semences, elle a généré des ventes en diminution de 2% à 1,26 milliard.

Enfin, la cellule pelouse et jardins a réalisé un chiffre d'affaires en hausse de 1% à 202 millions de dollars. Le soutien est venu des zones Amérique latine et Asie-Pacifique.

Impact monétaire

Pour la suite de l'exercice, Syngenta rappelle vouloir intensifier ses efforts en matière de recherche et de développement. Mike Mack a insisté sur le fait que les dépenses dans le domaine devraient s'établir «dans la partie haute de la fourchette de 9 à 10% du chiffre d'affaires».

L'effort survient après un exercice 2013 jugé décevant par les dirigeants de Syngenta eux-mêmes. Le directeur général du groupe bâlois avait affirmé en février sa détermination à redresser le cap. Pour mémoire, le bénéfice net avait reculé de 11% l'an passé à 1,64 milliard de dollars.

La dépréciation de certaines monnaies de pays émergents continue par ailleurs à peser sur le résultat opérationnel. Mike Mack en estime désormais l'impact annuel à 100 millions de dollars, contre 50 millions précédemment. (ats)

Ton opinion